" Quand on fait ch... personne, on ne nous écoute pas ! " — Extinction Rébellion

Pierre Vaugeois
Octobre 12, 2019

Les manifestants sont des sympathisants du mouvement international Extinction Rebellion (XR), le même qui a mené des activistes à grimper sur le pont Jacques-Cartier à Montréal plus tôt cette semaine, causant ainsi un énorme bouchon de circulation.

"Rendez-nous les vers de terre", "notre maison brûle".

D'autres, assis sur la chaussée en position de méditation, ou debout derrière tenant une large banderole "Ici on cultive, assemblée citoyenne", barraient d'autres rues autour du bâtiment où les députés ne siégeaient pas samedi, comme on peut le constater sur les images du journaliste indépendant Clément Lanot.

Après les sommations d'usage, un peu après 11H30, les forces de l'ordre ont d'abord éloigné les journalistes, sous les cris des manifestants scandant "liberté de la presse".

La circulation était rétablie devant l'Assemblée nationale en milieu de journée, mais le pont où se retrouvaient encerclés quelques dizaines de militants était encore fermé.

"La police n'est pas notre ennemie, nos ennemis ce sont les industriels qui exploitent le vivant et les Etats qui les laissent faire", a lancé dans un micro un participant.

Certains se disent prêts à se faire arrêter par les forces de l'ordre et même à aller en prison.

Le collectif Extinction Rébellion (XR) prône la désobéissance civile et la résistance non violente dans le but de pousser les gouvernements à agir afin de limiter le réchauffement climatique. Musique, débats ou volley-ball, des centaines de personnes étaient présentes jeudi en fin d'après-midi sous le soleil dans ce " village apaisé", des militants mais aussi des badauds venus observer cette opération d'occupation inhabituellement longue en plein cœur de la capitale.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL