Vers une délocalisation à huis clos à Oïta — France-Angleterre

Solenn Plantier
Octobre 9, 2019

La dégradation devrait débuter en fin de semaine, ce qui pose des questions sur le déroulement des matchs des journées du weekend pour la Coupe du Monde de Rugby. Ou plutôt la mauvaise.

TOKYO | Le typhon Hagibis, l'un des plus puissants des dernières décennies dans la région, devrait toucher une large partie du Japon ce week-end, menaçant la tenue de matches de la Coupe du monde de rugby et du Grand Prix de F1. Et avec une force impressionnante.

"Nous n'avons pas encore lancé d'avis car il (le typhon) est encore loin de l'archipel japonais". Pour être classé en catégorie 5, la pire.

Même son de cloche du côté du XV de la Rose. On attend des vents approchant les 300 km/h. "Donc nous prenons des pré-décisions 24 heures avant", a-t-il détaillé.

En effet, le passage du typhon Hagibis ne devrait pas tarder alors que le choc, à l'occasion des quarts de finale de la coupe du monde de rugby, entre l'Angleterre et la France, est prévu ce samedi.

L'Angleterre, en tête de la poule C et qui le resterait donc en cas de partage des points avec la France, n'envisage pas pour l'instant ce scénario. Et de faire jaser en Ecosse.

Deux solutions, si les vents ne se calment pas: délocaliser la rencontre dans un autre stade, et le dôme couvert de Sapporo, situé à 800 kilomètres de Tokyo ou l'annuler.

Le match Angleterre-France oppose deux équipes déjà qualifiées pour les quarts de finale. La quasi-totalité des vols et des trains étant en cours d'annulation, de vendredi matin à dimanche matin, il sera impossible d'acheminer vers Oita (à 1.200 kilomètres de Tokyo, 1h30 d'avion) les dizaines de milliers de supporters anglais et français qui ont fait le déplacement au Japon (avec des packages allant jusqu'à 7.000 euros!) pour assister au Crunch.

Pour rassurer les Irlandais, rappelons que la rencontre France-Etats-Unis avait elle aussi été menacée par un typhon, dénommé Mitag, mais avait finalement eu lieu sans encombre à Fukuoka. Une mesure qui va provoquer des remous du côté des tour-opérateurs et des supporters des deux équipes. Et donner du grain à moudre à ceux qui avaient mis en garde contre le choix du Japon comme pays-organisateur à cette période de l'année.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL