Aramco confirme son intention d'entrer à la Bourse de Ryad

Xavier Trudeau
Novembre 4, 2019

Quatre ans après, le voeu d'Aramco semble sur le point de se réaliser.

" Saudi Aramco confirme son intention d'entrer au Tadawul, la Bourse nationale saoudienne", a indiqué la compagnie sur Twitter, après le feu vert donné par le régulateur saoudien du marché financier à cette opération.

Ce fut aussi le cas récemment quand Aramco, qui devait lancer la première partie de son introduction en Bourse en deux étapes en octobre, avait décidé de repousser la date à décembre ou à janvier. Le Wall Street Journal croit même savoir qu'elle aura lieu le 11 du mois précisément. Puis une seconde phase sur une place financière étrangère où Aramco cèderait 3% supplémentaires de son capital.

Mais ce dimanche, l'entreprise a expliqué n'avoir pour le moment aucun projet d'introduction boursière à l'étranger. Aramco devrait céder en tout 5% de son capital, dont 2% lors de son baptême boursier sur la place locale, selon des sources concordantes. "C'est une étape significative dans l'histoire de la société et un progrès important pour la réalisation de 'Vision 2030', le plan directeur du royaume pour une diversification et une croissance économiques durables", a aussi commenté le président, Yasir al-Rumayyan.

Cette entrée en Bourse constitue la pierre angulaire d'un programme de réformes du prince héritier Mohammed ben Salmane, surnommé "MBS". Mais le prince héritier n'était pas prêt à accepter une valorisation en deçà de 2.000 milliards de dollars.

En ce qui concerne l'évaluation d'Aramco, les autorités saoudiennes doivent trouver "un compromis entre la préférence déclarée du prince héritier et les réalités du marché", a estimé Kristian Ulrichsen, chercheur à l'Institut Baker de l'Université Rice aux États-Unis.

" Comme le processus a été retardé à plusieurs reprises et qu'il fait partie intégrante du plan du prince héritier visant à transformer l'Arabie saoudite, les investisseurs internationaux seront très attentifs à la performance d'Aramco sur le marché (financier) intérieur", a déclaré M. Ulrichsen à l'AFP.

En 1973, en pleine flambée des prix liée à l'embargo pétrolier arabe, imposé aux Etats-Unis en raison de leur soutien à Israël, le gouvernement saoudien acquiert 25% d'Aramco, portant sa part à 60% et devenant actionnaire majoritaire.

En septembre, des attaques de drones contre des installations d'Aramco avaient notamment entraîné la suspension de la moitié de sa production, soit environ 6% de l'approvisionnement mondial, faisant craindre une perte de confiance des investisseurs.

Aramco, qui produit 10 % du pétrole mondial, a généré un résultat net de 111 milliards de dollars en 2018, plus que toute autre compagnie au monde - plus que les résultats de Apple, Alphabet (maison mère de Google) et Exxon Mobil combinés, précise The New York Times.

Riyad cherche à encourager des familles saoudiennes riches à acheter des participations dans la firme, tandis que certains commentateurs saoudiens ont cherché à présenter cet investissement comme un devoir patriotique.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL