Française des Jeux : l'action coûtera entre 16,50 et 19,90 euros

Xavier Trudeau
Novembre 7, 2019

L'État prévoit également de céder 52% du capital (sur un total de 72% aujourd'hui) et est "prêt à en réserver jusqu'à un tiers aux particuliers", a précisé Bruno Le Maire au Parisien. Le montant indicatif d'une action est fixé entre 16,50 euros et 19,90 euros, avec un ticket d'entrée minimum de 200 euros. Le prix de l'action sera compris entre 16,50 euros et 19,90 euros. De 20% à 40% des actions mises sur le marché seront réservées aux petits épargnants.

"La souscription est ouverte à compter du jeudi 7 novembre et jusqu'au mardi 19 novembre à 20 heures, pour les particuliers", a indiqué Bruno Le Maire. L'Etat devrait profiter de cette opération pour renflouer ses caisses et attend entre 1,6 et 1,9 milliard d'euros - sans intégrer la décote de 2% annoncée pour les investisseurs particuliers - selon un calcul de l'AFP. Si le prix définitif est en effet en dehors de la fourchette prix établie durant la période de souscription, alors "la période d'offre pourrait être modifiée", indique la Française des Jeux sur son site dédié. Les petits porteurs auront droit à un rabais de 2% sur le prix de souscription, avec la distribution d'une action gratuite pour dix détenues au bout de 18 mois.

Le produit de ces opérations a vocation à alimenter un fonds pour l'innovation doté de 10 milliards d'euros et à participer au désendettement du pays.

"Les actions gratuites sont toutefois plafonnées à 5000 euros d'actions achetées", a prévenu Bruno Le Maire.

Interrogé sur les risques encourus par les épargnants, comme précédemment lors des privatisations de Renault ou EDF, M. Le Maire s'est voulu rassurant, estimant que "les marchés ne sont pas comparables". "La FDJ a une croissance dynamique et les chiffres de la consommation de jeux en France sont en augmentation régulière", souligne-t-il.

Ce projet de privatisation a suscité de vives critiques, en particulier au Parlement où les oppositions ont dénoncé une opération "court-termiste", une "aberration économique" ou encore "une erreur qui aura de graves conséquences en termes de santé publique", notamment dans la lutte contre l'addiction au jeu. Il disposera de trois représentants au conseil d'administration. "Il n'est pas question que la FDJ passe sous contrôle étranger", a assuré le ministre.

La Française des Jeux (FDJ) pourrait être valorisée jusqu'à 3,8 milliards d'euros dans le cadre de son introduction en Bourse programmée pour le 21 novembre, peut-on lire dans le prospectus de l'opération mis en ligne mercredi soir.

Même après la privatisation, l'Etat français continuera d'empocher les quelque 3,5 milliards d'euros de recettes fiscales et sociales versées chaque année par la FdJ.

Avec 25 millions de joueurs et près de 16 milliards d'euros de mises encaissées par an, la Française des Jeux bénéficie d'une forte notoriété auprès du public, soutenue par l'enthousiasme des médias. La seule rentrée d'argent à laquelle l'Etat renonce est le dividende: il avait touché 87 millions d'euros au titre de l'exercice 2018, une somme qui sera drastiquement réduite avec l'abaissement de 72% à 20% de sa présence au capital de la FDJ.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL