Jean-Pierre Farandou veut apaiser les tensions — SNCF

Xavier Trudeau
Novembre 5, 2019

Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, Jean-Pierre Farandou, le nouveau président de la SNCF, explique qu'il veut "renouer le fil" avec les cheminots et insiste sur sa volonté de "paix sociale", alors qu'une grève reconductible se profile à partir du 5 décembre.

Un droit de retrait après un accident de TER, un mouvement de grève sur l'axe Atlantique: les vacances de la Toussaint ont été particulièrement agitées pour la SNCF. "Cette agitation témoigne de la préoccupation des salariés. Je vais voir au plus vite chacune des quatre organisations représentatives", poursuit-il. Mais les syndicats sont loin d'acquiescer. "Le climat social est extrêmement tendu, l'entreprise bouge dans tous les sens et les salariés ne se reconnaissent plus dans l'entreprise", s'alarme Olivier Depoulain, de l'Unsa ferroviaire, deuxième syndicat de cheminots. L'arrêt de travail avait été décidé par la CGT et Sud Rail à la suite d'une collision, survenue en Champagne-Ardenne, entre un TER et un convoi exceptionnel à un passage à niveau. "Je veux renouer le fil", a déclaré Jean-Pierre Farandou.

En revanche, "la loi s'impose à tous", a-t-il rappelé, jugeant "inacceptables" ces récents mouvements qui ont débordé les organisations syndicales. "Je veux construire ce projet de nouvelle SNCF avec les salariés et leurs organisations syndicales", certifie-t-il. Je suis convaincu que le projet de long terme que j'appelle 'la transition ferroviaire' est aussi une partie de la solution. Emploi, qualité de vie au travail, relations sociales: "je vais demander à chaque grand patron opérationnel de prendre un peu de recul pour mieux appréhender la dimension sociale de son entité". "Je souhaite par exemple que dans le budget, des enveloppes soient prévues pour rénover les locaux qui en ont besoin", a-t-il indiqué. C'est dans ce contexte social brûlant que Jean-Pierre Farandou a succédé le 1er novembre à Guillaume Pépy.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL