L’historien Oleg Sokolov avoue le meurtre de sa jeune compagne — Russie

Claudine Rigal
Novembre 10, 2019

Le célèbre historien russe Oleg Sokolov, arrêté samedi par la police russe qui l'a sorti de la rivière Moïka, à St-Pétersbourg, avec un sac à dos contenant deux bras de femme et un pistolet d'alarme, a confessé avoir tué et démembré sa jeune compagne, a affirmé son avocat ce dimanche.

Les médias locaux ont précisé de leur côté que l'historien, ivre, serait tombé à l'eau alors qu'il tentait de faire disparaître les membres de la jeune femme dans la rivière.

Oleg Sokolov aurait avoué à la police l'avoir tué, deux jours plus tôt, avec un fusil à canon scié, à la suite d'une dispute.

Sokolov a également fondé un populaire mouvement de reconstitutions historiques en Russie, au cours desquels plusieurs milliers de figurants rejouent notamment des grandes batailles de l'histoire.

Le fait divers a largement été "couvert " par la presse russe qui a publié des photos du couple en tenue d'époque, lui en maréchal d'empire, elle en robe à crinoline. Divers témoignages composent le portrait d'un homme à la personnalité quelque peu inquiétante, voire mégalomaniaque, et parfois brutale. Mais il leur semblait aussi "bizarre", aimant s'habiller en Napoléon, appelant sa compagne "Joséphine", et appréciant se faire appeler "Sire".

Oleg Sokolov est spécialiste de l'histoire militaire française et mène également des recherches sur l'histoire militaire de la Russie et de l'Europe du XVe au XIXe siècle.

Le célèbre historien russe Oleg Sokolov, qui a reconnu avoir tué et démembré une ancienne étudiante, a été démis de ses fonctions de membre du conseil scientifique de l'Issep, l'école fondée par l'ancienne députée Marion Maréchal, a annoncé samedi l'établissement. Il est actuellement hospitalisé et traité pour hypothermie, selon son avocat. "Etant professeur de la chaire d'histoire moderne à l'université de Saint-Pétersbourg, intervenu comme directeur d'études invité à l'Ecole pratique des hautes études à la Sorbonne, décoré de la Légion d'honneur française, nous n'imaginions pas qu'il puisse commettre cet acte odieux", expliquait samedi dans un communiqué l'Institut des sciences sociales économiques et politiques (Issep). Selon le site 47news.ru, l'éminent professeur aurait indiqué lors de son premier interrogatoire avoir envisagé de se suicider après son crime, dans son uniforme de Napoléon, sur le site de la forteresse Pierre-et-Paul, devant les touristes.

À voir aussi: Qu'est-ce que l'ISSEP, la nouvelle école de Marion Maréchal?

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL