Lindsay Hoyle remplace John Bercow comme "speaker" au Parlement — Royaume-Uni

Claudine Rigal
Novembre 4, 2019

Le grand favori dans la course au poste de nouveau speaker de la Chambre des communes, Lindsay Hoyle, promettait dès ce week-end dans le " Sunday Times " un vrai changement de style par rapport à son prédécesseur à ce poste ô combien stratégique, John Bercow, qui avait annoncé son départ pour le 31 octobre. Huit candidats sont en lice: quatre hommes et quatre femmes.

Originaire du Lancashire (nord-ouest de l'Angleterre), Lindsay Hoyle a défendu lundi l'égalité du droit à la parole des députés et s'est posé en défenseur de leur sécurité, de celle de leurs équipes et de leurs familles, dans un contexte de tensions dans le pays, où nombre d'élus ont été menacés. "Pour ne pas diviser les votes, je me retire de la compétition et je soutiendrai @LindsayHoyle_MP", a tweeté le conservateur Shailesh Vara.

Premier adjoint de John Bercow depuis 2010, Lindsay Hoyle a ainsi déjà occupé le rôle de chef d'orchestre à la chambre basse du Parlement britannique. Il confie vouloir apaiser l'atmosphère souvent électrique de la Chambre des Communes, attisée par les débats sur le Brexit.

" Les gens ne veulent pas se souvenir de l'arbitre, ils veulent se souvenir du match ". ("De l'ordre!"). Sa tortue "à la carapace dure" s'appelle Maggie et son rottweiler Gordon, comme les ex-Premiers ministres Thatcher et Brown.

Face à lui, la travailliste Harriet Harman, 69 ans, a également les faveurs des bookmakers. "Il faut nous écouter les uns les autres plutôt que nous crier dessus", estime-t-elle dans le Sunday Times.

Les prétendants au poste doivent soumettre leurs candidatures avant 10h30 GMT lundi 4 novembre.

Les députés se réuniront à 14h30 GMT et les candidats auront cinq minutes chacun pour convaincre leurs pairs, qui voteront ensuite à bulletin secret. Si ce n'est pas le cas, le candidat qui a obtenu le moins de suffrages et tous ceux qui ont récolté moins de 5% des voix sont éliminés et un second tour est organisé, qui peut être suivi d'autres, jusqu'à désignation du vainqueur.

Entraîné par deux de ses soutiens jusqu'à son fauteuil de cuir vert qui surplombe les bancs de la Chambre des communes, conformément à l'une des traditions parfois surprenantes du Parlement britannique, Lindsay Hoyle a promis qu'il serait "neutre" et "transparent".

L'élection d'un "speaker" a lieu après chaque élection législative ou après la démission ou le départ à la retraite du précédent. Une manière de se démarquer par avance du flamboyant président de la Chambre des communes, souvent accusé par les élus Brexiters de sortir de son obligation d'impartialité pour faire le jeu du Remain dans les vifs débats de ces derniers mois sur le Brexit. En juin 2017, il a même permis aux députés de siéger sans cravate.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL