L'Iran a abattu un drone "infiltré" dans une zone côtière du Golfe

Claudine Rigal
Novembre 10, 2019

Le 20 juin, l'Iran a abattu au-dessus du détroit d'Ormuz un drone américain qui avait selon Téhéran " violé l'espace aérien iranien ". L'appareil appartient à une puissance étrangère, selon la même source.

Plus tôt dans la journée, les forces de défense antiaérienne iranienne ont abattu un drone près du port de Bandar-e Mahshahr, dans le sud-ouest du pays. La vidéo n'a cependant pas été diffusée à l'antenne par Irinn, la chaîne d'information en persan de la télévision d'État, qui a pratiquement ignoré l'information.

Selon l'agence de presse Isna, "la défense antiaérienne est entrée en action dans la matinée et a détruit" l'appareil qui volait "dans le ciel de Bandar-é Mahchahr", dans la province du Khouzestan.

Proche de l'Irak, la région de Bandar-é Mahchahr et du port voisin de Bandar-é Emam-Khomeiny est une importante zone d'activités pétrochimiques.

L'appareil a été abattu à l'aide du système de missiles Mersad, au-dessus du territoire iranien, a précisé de son côté l'agence Tasnim, proche des ultraconservateurs. L'agence a ensuite fait disparaître cette information de son site.

L'agence Fars avait ensuite démenti et fait état d'un atterrissage d'urgence d'un drone appartenant aux Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique d'Iran. Washington a reconnu avoir perdu un drone, mais affirmé que l'appareil se trouvait dans l'espace aérien international.

À la suite de cet incident, le président américain Donald Trump avait dit avoir annulé à la dernière minute des frappes de représailles, afin de ne pas provoquer de lourdes pertes humaines.

La tension entre les États-Unis et l'Iran atteint de nouveaux pics depuis six mois, sur fond d'escalade militaire dans le Golfe et de frictions autour du programme nucléaire iranien.

La relance de ces activités, que Téhéran avait gelées en vertu de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015, procède de la riposte iranienne à la décision des Etats-Unis de se retirer unilatéralement de ce pacte en 2018 et de rétablir des sanctions économiques contre l'Iran.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL