Marée noire au Brésil, un pétrolier battant pavillon grec comme " principal suspect "

Claudine Rigal
Novembre 2, 2019

Ce pétrolier n'avait pas desactivé son système de détection par satellite et "n'a jamais communiqué à l'Autorité maritime brésilienne (aucune information) sur ce déversement" de pétrole qui remonte au 29 juillet. Le communiqué du ministère indique que les recherches se poursuivent pour savoir si l'origine est accidentelle ou criminelle. De nombreux animaux marins sont morts, en particulier des tortues de mer. "Ce pétrole pourrait avoir été déversé en mer", avait alors expliqué le président brésilien.

Ce sont de courtes vidéos postées sur les réseaux sociaux qui montrent le mieux la fatigue et le désespoir des habitants du nord-est du Brésil face à la marée noire qui a pollué près de 2.500 km de côtes depuis le 30 août dernier. Selon la compagnie, le pétrolier grec Bouboulina qui reliait le Venezuela à la Malaisie, "est arrivé à sa destination sans avoir eu aucun problème pendant son voyage et a déchargé l'ensemble de sa cargaison sans aucune perte".

Le ministère de la Défense a déclaré que le bateau en question "transportait du brut provenant du terminal pétrolier "San José" au Venezuela et faisait route vers l'Afrique du Sud".

Employés municipaux et volontaires se démènent sans relâche contre la marée noire - ici, sur une plage de l'Etat de Bahia. Samedi 2 novembre, Delta Tankers Ltd a répondu aux autorités brésilienne dans un communiqué. Toutefois, elle n'a précisé ni le nom des navires ni les sociétés propriétaires.

Une responsable de la police portuaire, ayant requis l'anonymat, a indiqué que " des contrôles scrupuleux seront effectués par les autorités grecques si ces navires accostaient dans un port du pays " sans donner plus d'informations sur le sujet.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL