Test d’éjection réussi pour la capsule spatiale de Boeing

Alain Brian
Novembre 9, 2019

Avant d'engager un lancement automatique à destination de la Station spatiale internationale, la capsule CST-100 Starliner de Boeing a dû effectuer le 4 novembre, un test d'interruption de lancement (Pad Abort Test).

Le test s'est déroulé, pendant environ 95 secondes, sur la base militaire désertique de White Sands, dans l'État du Nouveau-Mexique.

Au cours de ce test de deux minutes sans équipage à bord, les quatre moteurs d'urgence de la capsule Starliner ont été allumés, ainsi que plusieurs propulseurs de manœuvre orbitale et de contrôle d'attitude afin de l'éloigner le plus rapidement du banc d'essai. La capsule spatiale a été propulsée à une altitude maximale de près de 4 500 pieds, soit de l'ordre de 1 370 m. Elle a volé pendant moins de 20 secondes avant de déployer son bouclier thermique et ses parachutes.

Puis Starliner est redescendue, ainsi ralentie, l'atterrissage dans le désert étant amorti par de gros airbags.

L'ouverture incomplète des parachutes, jugée non cruciale par la Nasa, pourrait ne pas avoir de conséquences sur la suite des événements: " Bien que conçue avec trois parachutes, l'ouverture réussie avec deux parachutes est acceptable pour les paramètres d'essais et la sécurité de l'équipage", indique l'agence dans un communiqué.

" Nous avons eu une anomalie de déploiement, pas une défaillance de parachute ", déclare Boeing. " Il est trop tôt pour déterminer pourquoi les trois parachutes principaux ne se sont pas déployés".

" Nous sommes ravis des résultats préliminaires, nous devons maintenant analyser les données et vérifier si tout a fonctionné comme prévu", avait aussi déclaré Kathy Lueders, responsable du programme à la NASA.

Boeing est, avec SpaceX, l'une des deux sociétés choisies par la NASA pour construire des vaisseaux qui assureront la liaison entre la Terre et l'ISS.

Le 8 novembre, dans Air & Cosmos n°2663, Eric Bottlaender fera le point sur le retour tant attendu des Américains dans les vols habités, privés de lanceurs capables d'embarquer des astronautes depuis l'arrêt de la navette spatiale, en juillet 2011. On ignorait si le problème de parachute reporterait ce test.

Boeing prévoyait toujours lundi un lancement grandeur nature de Starliner vers l'ISS, à vide, le 17 décembre, comme SpaceX l'a fait avec sa capsule Crew Dragon en mars.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL