Travailler moins pour produire plus: test concluant pour Microsoft Japon

Xavier Trudeau
Novembre 5, 2019

Et elle s'est aperçue qu'une semaine de travail de quatre jours avait dopé la productivité de ses salariés.

Environ 2300 salariés basés au Japon ont testé la semaine de 4 jours baptisée 4-day for week pour le Work-Life Choice Challenge Summer 2019 sans aucune diminution des congés ni impact sur le salaire. C'est le pari que s'est lancé le géant américain Microsoft en août dernier, dans un pays pourtant plus connu pour sa culture du présentéisme et de l'accumulation des heures supplémentaires à l'extrême que pour la prise en compte de la qualité de vie de ses salariés: le Japon.

Pendant un mois, la filiale nippone de Microsoft a donc fermé ses portes le vendrediet laissé un jour de repos supplémentaire à ses salariés.

L'entreprise a aussi limité les réunions de travail à 30 minutes et cinq participants maximum, et encouragé les échanges en ligne plutôt que des rendez-vous physiques ou des courriels.

Je souhaite que les employés réfléchissent et expérimentent comment atteindre les mêmes résultats avec 20% de temps de travail en moins.
La productivité au travail a augmenté de 39,9% par rapport à août 2018, la consommation d'électricité a chuté de 23,1%, de même que le nombre de pages imprimées (-58,7%).

Cette expérience a pour contexte les efforts du gouvernement japonais pour promouvoir des modes de travail plus flexibles, comme le télétravail, le recours au temps partiel et à des horaires de bureau décalés pour éviter les heures de pointe dans les transports. Dans un pays où la pression au travail est très importante, l'objectif était de trouver un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée afin notamment d'améliorer la natalité qui est parmi les plus faibles au monde... Cependant leur adoption par les entreprises locales est jusqu'à présent limitée.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL