Appel de 127 universitaires juifs contre une résolution LREM — Lutte contre l’antisémitisme

Claudine Rigal
Décembre 4, 2019

Des associations appellent les députés à ne pas voter la résolution "visant à lutter contre l'antisémitisme" proposée par le député Sylvain Maillard, accusée d'entraver la critique d'Israël. Elle devait être examinée en début de soirée mardi au Palais Bourbon, cosignée par une centaine de députés de divers bords, dont environ 80 LaREM.

Lors du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), en février dernier, le président Emmanuel Macron avait jugé que l'antisionisme représentait "une des formes modernes de l'antisémitisme".

La résolution est "hautement problématique", affirme le collectif dans sa tribune. Or " pour les nombreux juifs se considérant antisionistes, cet amalgame est profondément injurieux", affirme le collectif. "(...) Ils s'opposent au sionisme non par haine des juifs, mais parce qu'ils vivent le sionisme comme un mouvement politique oppressif ". "De nombreuses victimes de l'Holocauste étaient antisionistes", lit-on dans le texte.

La deuxième raison est que la définition de l'antisémitisme de l'IHRA elle-même est " hautement problématique", " peu claire et imprécise", estiment les signataires.

En outre, la définition de l'IHRA est " déjà utilisée pour stigmatiser et réduire au silence les critiques de l'Etat d'Israël, notamment les organisations de défense des droits humains", pointe le collectif. "Gilles Le Gendre dit cependant " prendre en compte " les préoccupations de certains en acceptant la création d'une mission d'information " sur l'évolution des différentes formes de racisme et de discrimination ".

Comme d'autres, la présidente du RN Marine Le Pen s'est inquiétée du risque que la résolution " puisse interdire de critiquer Israël " - ce que récusent ses signataires et soutiens.

Le texte reprend une définition de l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste (IHRA) selon laquelle "l'antisémitisme est une certaine perception des juifs pouvant s'exprimer par la haine à leur égard". "Je hais Israël, ça veut dire je hais les juifs".

Sollicité par LCI, Sylvain Maillard n'avait pas répondu mardi. Il avait alors indiqué sur Twitter qu'il allait porter "une initiative forte dans les prochains jours pour que l'antisionisme soit reconnu et puni en France pour ce qu'il est: de l'antisémitisme!" L'élu de Paris définit l'antisionisme comme le fait de "nier le droit d'exister d'Israël".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL