Chasse à l'homme en cours après un affrontement sanglant — Mexique

Claudine Rigal
Décembre 4, 2019

PARIS, 1er décembre (Reuters) - Des heurts entre la police et des hommes armés faisant supposément parti d'un cartel dans le nord du Mexique, ont fait 21 morts ce week-end, selon les autorités, alimentant la polémique lancée par le président américain Donald Trump sur le fait de considérer les membres de gangs comme des terroristes.

Les faits ont démarré samedi en fin de matinée lorsque des policiers locaux ont repéré plusieurs véhicules, occupés par des personnes lourdements armées, en train de circuler dans la localité de Villa Union.

"Environ une heure plus tard, les criminels étaient déjà encerclés".

Selon des photos publiées sur le compte Twitter du gouverneur, la façade de l'immeuble du bureau municipal de Villa Union était criblée de balles.

Lorsque la confrontation avec les forces de sécurité a commencé, les guides se sont égarés.

Ces affrontements sont intervenus un an après l'arrivée au pouvoir du président de gauche Andres Manuel Lopez Obrador.

"Contenir est différent d'éliminer" les cartels dans ce secteur, explique à l'AFP Sergio Aguayo, expert sur les questions de sécurité du Colegio de Mexico et auteur d'une enquête sur le cartel Los Zetas.

La plupart de ces hommes, qui seraient membres d'un cartel de l'État du Tamaulipas, dans le nord-est du pays, ont été tués par la police locale après une course-poursuite qui s'est engagée lorsque les hommes armés ont quitté la ville, selon le gouvernement de l'État du Coahuila.

Le gouvernement, a-t-il martelé, se concentre désormais sur "la pacification" du pays avec une stratégie qui s'attaque aux racines du problème avec des programmes sociaux et "l'utilisation mesurée de la force".

"Ce qui s'est passé à Villa Union est le reflet de ce qui s'est passé à Sinaloa".

Le 4 novembre, sur une route rurale de l'État de Sonora, des hommes armés avaient abattu trois femmes et six enfants d'une communauté mormone d'origine américaine établie dans le nord du Mexique.

Avec environ 26'000 morts depuis le début de l'année au Mexique, un nouveau record de violence pourrait être battu en 2019.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL