La justice valide l'enquête contestée par Benzema — Sextape de Valbuena

Solenn Plantier
Décembre 9, 2019

Karim Benzema entre dans le dossier plus tard.

Quelques minutes avant, l'avocat de l'attaquant du Real, Me Fabrice Spinosi, avait pourtant rappelé "le rôle actif du commissaire qui a relancé de lui-même les pseudo maîtres-chanteurs", y compris alors qu'ils n'avaient pas cherché à contacter Valbuena depuis plusieurs semaines. Ses avocats estimaient déloyales les méthodes d'enquête de la police dans la fameuse affaire de chantage à la sextape. Pour eux, l'officier a poussé les protagonistes, en particulier Younes Houass, avec lequel il était en contact téléphonique, à réclamer de l'argent en échange de la vidéo intime du footballeur Mathieu Valbuena.

L'affaire dite de la sextape de Mathieu Valbuena a de grandes chances de se terminer par un procès de grande ampleur. "L'enquêteur n'a fait que son travail comme le ferait, toute proportion gardée, un négociateur dans le cadre d'une affaire d'enlèvement et de séquestration". En matière d'enquête "si les coups bas sont interdits, les simples ruses de guerre ne le sont pas", avait conclu M. Desportes, demandant un rejet du pourvoi formulé par Benzema. (...) On ne peut pas exiger des enquêteurs qu'ils mènent leurs investigations de manière transparente.

Le dossier va donc désormais revenir sur le bureau d'une juge d'instruction et à priori toute cette histoire sera jugée par un tribunal correctionnel, avec la garantie d'un déballage de linges sales plus de 4 ans après les faits supposés.

"Cette enquête et le procédé utilisé par les policiers sont résumés dans le communiqué de la Cour de cassation daté de lundi".

Cinq autres personnes, dont l'ami d'enfance de Benzema, Karim Zenati, et l'ancien footballeur Djibril Cissé, sont mises en examen dans ce dossier qui trouve ses origines en juin 2015.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL