Washington va encore taxer l'acier et l'aluminium

Claudine Rigal
Décembre 4, 2019

Les bons indicateurs en Chine, publiés dans la nuit de dimanche à lundi, avec notamment le PMI manufacturier pour novembre n'ont pas permis de soutenir une hausse durable du cours du cuivre avec la signature du "Hong Kong Human Rights and Democracy Act " vendredi et l'annonce de Donald Trump du rétablissement des droits de douane sur l'importation d'acier en provenance d'Argentine et du Brésil. "Par conséquent, je vais immédiatement rétablir les droits de douane sur tout l'acier et l'aluminium en provenance de ces pays", écrit le président américain su Twitter.

"Le Brésil et l'Argentine ont procédé à une dévaluation massive de leur monnaie, ce qui n'est pas bon pour nos agriculteurs", a tweeté le président américain.

Interrogé en début de matinée devant sa résidence à Brasilia par des journalistes, le chef de l'Etat brésilien a déclaré: "Je vais parler avec (le ministre de l'Economie) Paulo Guedes". "Si c'est le cas, j'appellerai Trump".

Bien que nombre d'économistes déplorent l'imposition de droits de douane punitifs américains sur des centaines de milliards d'importations, Donald Trump a une nouvelle fois défendu cette stratégie, soulignant que Washington encaissait "des sommes énormes" grâce à ces taxes.

" Leur économie n'est pas comparable à la nôtre".

"J'espère qu'il va nous comprendre", a-t-il insisté, "je suis quasiment certain qu'il nous entendra".

Jugeant l'annonce de Trump " inattendue ", Dante Sica, ministre argentin de la Production et du Travail, a lui aussi annoncé son intention de négocier, ce qu'a confirmé le ministère des Affaires étrangères. Ce pays a absorbé 42% des 13,9 millions de tonnes de produits sidérurgiques exportés par le Brésil l'an dernier, selon la chambre professionnelle.

Donald Trump taxe à nouveau l'acier (25 %) et l'aluminium (10 %) du Brésil et d'Argentine. Mais il est vrai que cette faiblesse record face au dollar a aidé les deux nations sud-américaines à exporter davantage.

Une dépréciation due, selon les analystes, non pas à une intervention de Brasilia, mais aux incertitudes internationales avec notamment la guerre commerciale USA-Chine et à des doutes sur la capacité du gouvernement Bolsonaro à mettre en place ses réformes d'austérité.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL