L’Arabie saoudite soupçonnée d’avoir piraté le téléphone du patron d’Amazon

Xavier Trudeau
Janvier 22, 2020

2020 à 9h47Mis à jour le 22 janv.

L'affaire est vertigineuse. Selon le Guardian, le téléphone de Jeff Bezos, richissime patron d'Amazon, aurait été hacké grâce à un message envoyé sur son compte WhatsApp par le numéro qu'utilise Mohammed ben Salmane, prince héritier d'Arabie saoudite.

"Selon l'enquête révélée par le "Financial Times", le téléphone de Jeff Bezos aurait commencé à partager, à son insu, de grandes quantités de données, juste après avoir reçu un fichier vidéo apparemment anodin mais crypté du compte WhatsApp de Mohammed bin Salman en mai 2018".

L'annonce de ce possible piratage intervient alors que le leadership et les méthodes du prince sont mis en question dans le monde entier, quand bien même il a lancé des projets avec de nombreux grands groupes.

Le contenu du rapport que s'apprêtent à publier les Nations unies risque d'envenimer davantage les relations entre Jeff Bezos et le royaume saoudien, qui a admis sa responsabilité dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, lequel écrivait régulièrement dans le Washington Post, propriété du milliardaire américain.

À l'époque, le motif de ce piratage portait sur la manière dont le quotidien a traité l'affaire Khashoggi, du nom du journaliste assassiné par les pouvoirs saoudiens en octobre 2018.

La CIA avait conclu que le prince héritier saoudien Mohammad bin Salman avait ordonné l'assassinat de Khashoggi.

Les accusations sont fortes, d'autant que ce n'est pas la première fois qu'elles sont énoncées en public. L'année dernière, des associés de Jeff Bezos avaient déclaré être convaincus que l'Arabie saoudite avait eu accès au téléphone de leur patron, obtenant par ce biais des informations privées.

En janvier 2019, des experts commençaient à subodorer une intrusion malicieuse sur le téléphone de Jeff Bezos lorsque le National Enquirer, qualifié par le Guardian de "tabloïd de supermarché", a révélé la relation extraconjugale de Jeff Bezos ayant mené à son divorce avec MacKenzie. C'est ainsi qu'aurait été découvert le piratage saoudien. Les conclusions de cette enquête auraient été remises à des responsables de l'application des lois aux États-Unis. Il n'y a rien contre vous ou Amazon de ma part ou de la part de l'Arabie saoudite.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL