Le Canada aura accès aux boîtes noires du Boeing crashé à Téhéran

Claudine Rigal
Janvier 15, 2020

Je l'ai confirmé une fois de plus à Justin Trudeau.

Le pouvoir judiciaire iranien a déclaré mardi que des arrestations avaient été faites, et le président a appelé à la création d'un tribunal spécial pour enquêter sur l'écrasement de l'avion, causé par les forces iraniennes.

Cette démarche vise, selon la même source, à permettre aux familles et proches des victimes d'obtenir les réponses qu'ils méritent, d'assurer la responsabilité et la transparence, ainsi que d'obtenir justice, y compris une indemnisation.

Le groupe qui comprend l'Ukraine, la Suède, l'Afghanistan, le Royaume-Uni et le Canada, discutera de "la nécessité de tenir une enquête approfondie et de la façon d'obtenir l'entière coopération des autorités iraniennes", indique-t-on auprès de l'exécutif canadien. "Notre priorité demeure d'assurer le soutien aux familles et aux proches des victimes", a déclaré M. Champagne dans un communiqué.

Le New York Times a soutenu mardi que des images de caméra de surveillance montrent que deux missiles ont touché l'avion dans des tirs séparés d'environ 30 secondes.

L'Iran a délivré huit visas supplémentaires à une équipe de responsables canadiens à la suite d'un accident d'avion mortel près de Téhéran et la plupart des membres du groupe devraient être à Téhéran lundi, a déclaré dimanche le ministre canadien des Affaires étrangères François-Philippe Champagne.

L'avion a été abattu quelques heures seulement après que l'Iran eut lancé des frappes aériennes contre deux bases militaires en Irak où sont postés des troupes américaines et certains Canadiens.

Les frappes aériennes avaient été faites en représailles à une frappe de drone ciblée par les États-Unis, qui avait tué le haut général iranien Qassem Soleimani, le 3 janvier. "Le régime iranien ne peut pas s'en tirer si facilement après avoir tué 57 Canadiens", a soutenu M. Scheer.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL