Le patron de Qwant quitte la direction du groupe

Xavier Trudeau
Janvier 12, 2020

Après plusieurs audits réalisés entre juillet et septembre, le gouvernement a conclu que Qwant respectait bien les critères qu'il s'était fixé en matière de protection de vie privée et de la protection des données personnelles. " On passe maintenant à une phase ou il faut le monétiser (augmenter son chiffre d'affaires, NDLR) (...) et je ne suis pas la bonne personne pour faire cela".

"Les actionnaires de référence, la Banque des Territoires (groupe Caisse des Dépôts) et Axel Springer ont décidé de renouveler leur confiance et se sont engagés à participer à un nouveau tour de table qui sera finalisé courant février", indique le communiqué. "Je pense que Jean-Claude Ghizzoni est parfait" dans ce rôle, a-t-il dit.

Eric Leandri, le dirigeant historique et actionnaire important de Qwant, a renoncé à ses fonctions exécutives, laissant les commandes à un binôme formé de Jean-Claude Ghinozzi, le nouveau patron en titre de Qwant, et Antonine Troesch, un responsable de la Caisse des dépôts nommé président du conseil de gouvernance de Qwant.

Éric Léandri prendra désormais place au comité consultatif chargé de définir les "grandes orientations stratégiques de l'entreprise ", et restera actionnaire. Cédric O, secrétaire d'État au Numérique annonçait au printemps dernier la série de tests, qui se sont déroulés durant le troisième trimestre 2019, pour juger de la compatibilité du moteur français avec les exigences du gouvernement.

Créé en 2013 par des investisseurs privés, Qwant appartient au club mondial très fermé des moteurs de recherche, ultra-dominé par Google, mais dans lequel figurent également l'américain Bing (Microsoft), le russe Yandex, le chinois Baidu et le coréen Naver.

Les publicités qu'il affiche sont uniquement liées aux mots recherchés par l'utilisateur, et non aux recherches précédentes ou au profil de celui-ci. La personnalité d'Éric Léandri avait cristallisé quelques critiques. La Caisse des dépôts parie toutefois sur la capacité de Qwant à rebondir commercialement, a expliqué à des journalistes Antoine Troesch. Qwant a enregistré " une progression commerciale et d'audience" au second semestre en 2019, tout en améliorant la performance technique de son moteur de recherche, a-t-il affirmé.

Selon les indications fournies par Eric Leandri et la Caisse des dépôts, la nouvelle feuille de route de Qwant est de se concentrer sur le moteur de recherche, en mettant en pause ou en abandonnant certaines applications annexes, dont la liste n'est pas encore arrêtée. "La recommandation de Qwant comme moteur de recherche par défaut n'est pas une décision de souveraineté numérique, fait valoir Nadi Bou Hanna, mais de recherche du meilleur compromis parmi les solutions disponibles à ce jour".

Cette nouvelle organisation est dictée par une nouvelle augmentation de capital d'une dizaine de millions €, selon les Echos, auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations et du groupe allemand Axel Springer.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL