Le virus chinois fait chuter la Bourse de New York

Xavier Trudeau
Janvier 28, 2020

Le nouveau virus venu de Chine avait déjà affecté la place new-yorkaise la semaine dernière, mais les craintes d'une propagation à grande échelle ont fait reculer Wall Street plus lourdement lundi.

La perspective de voir la maladie et les mesures de confinement peser sur l'activité en Chine, voire ailleurs dans le monde, a détourné les investisseurs des actifs à risque et favorisé les prises de bénéfice après les récents plus hauts des actions.

Quelques minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones perd 463,78 points, soit 1,6%, à 28.525,95 points et le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 1,6% à 3.242,85 points.

Le Nasdaq Composite cédait 2,36% à 9.094,84 points à l'ouverture.

Pour le Dow et le S&P, il s'agit de la plus forte baisse en pourcentage en une séance depuis le 2 octobre. Pour le Nasdaq, depuis le 23 août.

"Cela me paraît logique, surtout parce que les secteurs qui pourraient être affectés par un ralentissement de l'économie mondiale sont ceux qui ont le plus souffert", poursuit l'expert.

Les compagnies aériennes faisaient partie des entreprises les plus touchées par le renforcement des inquiétudes autour de l'épidémie chinoise: American Airlines chutait de 7,02 %, Delta de 4,83 % et United Airlines de 5,2 %.

Les agences de voyages pâtissaient également de ce climat d'anxiété: Expedia baissait de 3,46 %, Booking de 3,97 % et le spécialiste des croisières Carnival de 3,52 %. Apple, Boeing, Facebook, Microsoft et Amazon font partie des grands noms de la cote new-yorkaise qui doivent faire état de leur bulletin de santé trimestriel cette semaine.

Parmi les autres valeurs, Arconic, le groupe américain né de la scission du géant de l'aluminium Alcoa, progressait de 0,67 % après avoir annoncé un bénéfice net de 309 millions de dollars, en hausse de 42 %, au dernier trimestre 2019.

Près de 18 % des entreprises du S&P 500 ont déjà publié leurs résultats trimestriels.

La semaine économique sera également marquée par la première réunion monétaire de l'année de la Réserve fédérale, qui doit s'achever mercredi et à l'issue de laquelle la Fed devrait laisser ses taux en l'état.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL