Les dons de reins en recul — Greffes d'organes

Evrard Martin
Janvier 23, 2020

Après huit années de forte hausse, l'activité de greffe d'organes, tous organes confondus, avait baissé en 2018 (-5 %) avec 5 805 greffes.

L'association France Transplant s'est déjà inquiétée mi-janvier de la situation, au vu des chiffres des années précédentes, estimant que le nombre de transplantations rénales stagne, loin des objectifs affichés.

Si les transplantations rénales diminuent, le nombre de greffes, tous organes confondus, a néanmoins légèrement progressé en 2019. L'essentiel de cette baisse provenait des greffes de rein, les plus pratiquées. "Comme toutes les années, l'organe dont on a le plus besoin est le rein puisque l'on fait plus de 3500 greffes par an, ensuite le foie, le cœur et les poumons", précise le spécialiste de l'Agence de biomédecine.

" Ce qui m'inquiète le plus, c'est la baisse des donneurs vivants " qui s'est confirmée en 2019, a dit le Pr Olivier Bastien, directeur du prélèvement à l'Agence de la biomédecine, mardi lors d'une conférence de presse.

La majorité des greffes repose, tous organes confondus, sur les donneurs en état de mort cérébrale. Mais leur nombre baisse avec les progrès de la médecine, notamment dans le domaine des AVC. En 2019, ces donneurs étaient 1.729 (contre 1.743 en 2018).

Pourtant, en ce qui concerne le nombre de greffes, l'année 2019 a connu "au cours des six premiers mois une croissance très encourageante de +8%". En revanche, "les six derniers mois ont enregistré une activité plus ralentie, en particulier au dernier trimestre", remarque l'agence sanitaire. 459 greffes ont pu être réalisées grâce à un don de type "Maastricht III" (contre 281 en 2018 soit + 63 %).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL