L'OMS décrète l'urgence internationale, un sixième cas confirmé en France — Coronavirus

Evrard Martin
Janvier 31, 2020

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrété jeudi que l'épidémie du nouveau coronavirus apparu en Chine, et qui s'est étendue à plusieurs régions du monde, constitue "une urgence de santé publique de portée internationale". Le bilan des contaminations s'élève à environ 7700 cas dans le pays, soit davantage que le nombre (5327) des malades du Syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) qui avait frappé la Chine en 2002-2003.

Certaines compagnies aériennes, parmi lesquelles British Airways, Lufthansa, American Airlines et Air Canada, ont décidé de suspendre en intégralité ou en partie leurs liaisons avec la Chine continentale en raison de l'épidémie.

D'autres pays planifient des opérations, et les mesures de précaution internationales se durcissent, avec notamment la Russie qui a annoncé qu'elle fermerait vendredi ses 4.250 km de frontière avec la Chine.

Alors que les évacuations des étrangers de la région où a démarré l'épidémie se poursuivent, les autorités chinoises annoncent qu'elles vont organiser le retour des Wuhanais qui se trouvent encore à l'étranger.

Un premier avion français a décollé dans la nuit de mercredi à ce jeudi pour Wuhan. "Et puis du soulagement, car on ne sait pas comment les choses vont tourner en Chine", a confié à l'AFP Adrien, 26 ans, lors de l'évacuation.

Un second vol est prévu plus tard cette semaine pour évacuer d'autres Français et des ressortissants d'autres pays européens.

"J'ai l'impression qu'ils ne se soucient pas de nous. Je pourrais mourir de faim, être infectée et mourir", se désolait jeudi Aphinya Thasripech, une Thaïlandaise trentenaire enceinte. Les rapatriés français seront, eux, isolés dans un centre de vacances pendant 14 jours, tandis que les Britanniques seront confinés sur une base militaire.

"Cette déclaration n'est pas due à ce qui se passe en Chine, mais à ce qui se passe dans les autres pays", a indiqué le directeur-général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, ajoutant: "Nous continuons à avoir confiance en la Chine". Signal inquiétant: des transmissions interhumaines ont été enregistrée dans trois pays en dehors de Chine: en Allemagne, au Japon et au Vietnam. En France, un sixième cas d'infection a été annoncé: celui d'un médecin contaminé par une personne rentrée en Chine.

L'Italie, où aucun cas n'a été finalement détecté parmi les 7.000 passagers d'un navire de croisière qui avaient été confinés à bord jeudi, a déclaré deux cas, ceux de deux touristes chinois. De nombreuses entreprises et usines chinoises resteront fermées jusqu'au 9 février au moins.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL