Épidémie : la Chine confine des villes, mais pas d'alerte internationale

Evrard Martin
Janvier 24, 2020

La France dispose de sept consulats dans ce pays dont un à Wuhan (centre), la métropole de 11 millions d'habitants d'où est parti le nouveau virus qui a commencé à se répandre dans le monde.

Le centre de l'épidémie, la ville de Wuhan, est actuellement verrouillé, les autorités ayant fermé son réseau de transport pour tenter de limiter la propagation du virus.

La fédération chinoise des sports automobiles a publié un message précisant que toutes les courses automobiles seraient désormais interdites jusqu'au mois d'avril, mais rapidement, ce message a été supprimé par la fédération, ce qui a semé le trouble quant à la tenue du Grand Prix de Chine au mois d'avril.

Un précédent bilan communiqué jeudi par la Commission nationale de la santé faisait état de 18 morts et plus de 600 cas de contamination avérés, en grande majorité dans la province du Hubei, dont Wuhan est la capitale.

La circulation des trains à Huanggang, une ville de 7,5 millions d'habitants située à 70 km à l'est de Wuhan, sera interrompue jusqu'à nouvel ordre en toute fin de journée, a annoncé la mairie. Mais trains comme avions étaient presque vides, spectacle étrange à la veille du congé du Nouvel An lorsqu'ils sont habituellement pris d'assaut. L'OMS a par ailleurs demandé à Pékin que le confinement de millions d'habitants soit de "courte durée".

Cette organisation n'a jusqu'ici utilisé ce terme que pour de rares cas d'épidémies requérant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la République démocratique du Congo depuis 2018.

Jusqu'à présent, deux personnes sont porteuses à Hong Kong de ce nouveau coronavirus de la famille du SRAS.

Hangzhou, en Chine, où certains habitants portent des masques de protection.

"Nous avons compris que les mesures prises dans la ville de Wuhan ont résulté de l'initiative de cette ville et ne résultaient pas d'une évolution épidémiologique", a expliqué le président du comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr. Didier Houssin. La Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a, quant à elle, annoncé que trois équipes de recherche vont commencer à développer des vaccins potentiels contre le coronavirus.

Après le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande et Taïwan, les États-Unis ont annoncé mardi un premier cas de maladie.

La Chine a confirmé vendredi un deuxième mort du nouveau coronavirus en dehors de la zone à l'épicentre de l'épidémie, qui a tué au total 26 malades. L'office de tourisme de l'ex-colonie portugaise a annulé toutes les festivités prévues à l'occasion du Nouvel An lunaire.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL