Spike Lee président du jury du festival de Cannes

Pierre Vaugeois
Janvier 16, 2020

"La personnalité flamboyante de Spike Lee promet beaucoup", poursuivent-ils, à propos du réalisateur militant, qui a ouvert la voie à de nombreux cinéastes afro-américains.

Le réalisateur semble être la personne idéale pour siéger au jury du Festival de Cannes. Le déluré sexagénaire new-yorkais a salué le privilège qui lui est donné: "Quand on m'a appelé pour devenir Président du Jury de Cannes 2020, je n'en suis pas revenu".

La compétition se tiendra cette année du 12 au 23 mai. "Mon premier long métrage She's Gotta Have It (Nola Darling n'en fait qu'à sa tête) a remporté le Prix de la jeunesse à la Quinzaine des Réalisateurs." affirme le cinéaste dans le communiqué. Il a reçu le Grand prix du Festival de Cannes en 2018 pour son film "BlackkKlansman", dans lequel il raconte l'histoire vraie d'un Noir qui s'était infiltré dans le Klu Klux Klan, organisation américaine suprémaciste blanche.

Et enfin la présence de BLACKkKLANSMAN en 2018 en Compétition, où il a remporté le Grand Prix, est devenue la rampe de lancement de sa sortie en salles dans le monde entier et m'a valu de remporter l'Oscar du meilleur scénario.

" À titre personnel, le Festival de Cannes a eu un impact énorme sur ma carrière de cinéaste. On pourrait même aller jusqu'à dire que Cannes a façonné ma trajectoire dans le cinéma mondial." a-t-il poursuivi.

Un autre grand succès comprend "Do the Right Thing", qui se déroule en 24 heures dans un quartier de Brooklyn, où les tensions raciales coïncident avec le jour le plus chaud de l'année.

Dans le communiqué officiel, Pierre Lescure, président du Festival et Thierry Frémaux, délégué général, ont exprimé leur attrait pour le cinéma de Lee: "Le regard de Spike Lee est plus que jamais précieux".

Selon le cinéaste sénégalais Moussa Sène Absa, "Spike Lee mérite d'être porté à la présidence du jury du Festival de Cannes parce que c'est quelqu'un qui compte dans le cinéma mondial".

Une déclaration intense qui laisse présager que Spike Lee va se plonger corps et âme dans son rôle de président, mais qui épouse aussi des contours plus politiques.

Par la suite, il présenteJungle Fever en 1991, Malcom Xen 1992 en sélection officielle et Girl 6 en 1996.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL