Alerte enlèvement : la petite Vanille, 1 an, retrouvée morte

Claudine Rigal
Février 12, 2020

La petite Vanille a été retrouvée morte.

La petite Vanille, 1 an, a été enlevée par sa mère ce vendredi. Concernant le délai de déclenchement du dispositif 24 heures après que la mère n'a pas remis son enfant à la famille d'accueil jugé trop tardif par certains, la substitut du procureur Catherine Vandier a répondu que "la maman ne présentait pas de dangers pour l'enfant, l'ayant de manière tout à fait légale".

Lors de l'interrogatoire, la mère de Vanille a indiqué avoir étouffé sa fille, selon RTL, mais le médecin légiste ne l'a pas encore confirmé. "Il n'y a pas eu de négligence de l'Aide sociale à l'enfance puisque les faits se sont produits à un moment où le droit de visite de la mère encadré, réduit, se produisait, c'est-à-dire à un moment où la mère était libre d'être avec sa fille", estime Eric Bouillard.

Ce samedi, Nathalie Stéphan s'était vue accorder un temps libre avec Vanille, hors de toute structure. "Elle a quitté le foyer sans donner un signe quelconque vers 11 heures vendredi".

L'alerte enlèvement a-t-elle été déclenchée trop tard?

Inspiré du modèle américain, et mis en place en 2006 par le ministère de la Justice, ce dispositif, utilisé à 22 reprises, avait jusqu'ici toujours permis de retrouver le ou les enfants enlevés, et d'interpeller à chaque fois le ou les ravisseurs. Elle est susceptible de se déplacer en transport en commun dans l'agglomération angevine.

"La maman présente des fragilités, une personnalité qui nécessite une prise en charge, sur le plan éducatif et médical".

Il n'est activé que si plusieurs critères sont réunis: il faut un enlèvement avéré et pas une simple disparition, la victime doit être mineure et son intégrité physique ou sa vie doivent être en danger; des éléments d'information doivent permettre de localiser l'enfant. La mère de la fillette, Nathalie Stephan, âgée de 39 ans, avait été retrouvée seule hier matin dans un hôtel de Nantes. Sa garde à vue prendra fin ce mardi matin. "Elle dit l'avoir laissée chez une amie, à Angers". Lundi, le procureur d'Angers, Éric Bouillard, et le président du Conseil départemental du Maine-et-Loire, Christian Gillet, avaient tenu une conférence de presse.

Votre navigateur ne peut pas afficher ce tag vidéo.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL