Amazon veut attaquer l’administration Trump en justice — Contrat JEDI

Xavier Trudeau
Février 13, 2020

Cet important contrat de cloud computing, le contrat JEDI, était particulièrement convoité par les deux géants du web, Amazon et Microsoft.

Amazon et son patron Jeff Bezos sont fréquemment pointés du doigt par Donald Trump qui accuse Amazon de " ne pas payer ses impôts".

Il vise à moderniser la totalité des systèmes informatiques des forces armées américaines dans un système géré par intelligence artificielle.

À CNBC, un porte-parole d'Amazon Web Services a déclaré: " Le président Trump a démontré à plusieurs reprises sa volonté d'utiliser sa position de président et de commandant en chef pour interférer avec des fonctions gouvernementales, y compris des contrats publics fédéraux, pour faire avancer ses intérêts personnels.

Amazon fait notamment référence à des propos rapportés par James Mattis.

"Garder la confiance du public dans le processus d'attribution des contrats nécessite une investigation complémentaire des archives administratives, surtout au vu de l'ordre du président "d'envoyer paître Amazon", continue le porte-parole.

"La question à se poser est la suivante: le président des Etats-Unis devrait-il être autorisé à utiliser le budget du ministère de la Défense à des fins personnelles et politiques?", conclut-il. Le contrat JEDI, qui fut en fin de compte attribué à Microsoft, revêtait une valeur de plusieurs milliards de dollars.Outre Trump, Amazon voudrait aussi entendre l'ex-ministre de la Défense James Mattis, l'actuel ministre de la Défense Mark Esper, ainsi que Dana Deasy, en charge de l'IT au Pentagone.C'est en novembre qu'Amazon avait intenté un procès, parce que le ministère de la Défense n'aurait pas, aux yeux du géant technologique, évalué loyalement son offre sur le contrat JEDI. Robert Carver, un porte-parole du ministère de la défense a affirmé que: "cette demande est inutile, lourde et elle cherche simplement à retarder la mise en place du contrat JEDI".

Le fait que Donald Trump est proche de David Pecker, directeur du magazine people National Enquirer qui a publié les photos intimes de Jeff Bezos, n'arrange rien. D'autant que ce dernier est propriétaire du Washington Post qui a mené l'enquête sur les liens entre le groupe American Media propriétaire du tabloïd, et le régime saoudien, proche de Donald Trump, qui a entouré de flou la mort de l'éditorialiste du Washington Post Jamal Khashoggi.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL