Coronavirus en Chine: contaminations en baisse

Evrard Martin
Février 12, 2020

Il a toutefois appelé à ne "pas relâcher" la garde dans cette "grande guerre".

Un mois: c'est le temps qui s'est écoulé entre le premier décès lié au nouveau coronavirus, annoncé le 11 janvier, et le seuil du millier de victimes de l'épidémie, franchi hier avec 1 110morts en Chine continentale selon le bulletin officiel chinois qui a fait état de 1 638 nouveaux cas en 24 heures.

Le patron de l'OMS a par ailleurs estimé qu'il y avait une "chance réaliste de stopper" la propagation du nouveau coronavirus dans le monde. Un total de 44 653 personnes contaminées ont désormais été répertoriées en Chine continentale. Quant au nombre quotidien de morts (97), il a enregistré sa première baisse depuis le 2 février. Il s'élevait mardi à 108.

Un optimisme prudent partagé par l'OMS.

"Il y a eu des cas inquiétants de propagation du # 2019nCoV par des personnes sans antécédents de voyage (en Chine), a tweeté le directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en utilisant la dénomination scientifique provisoire du virus".

Coronavirus en Chine: contaminations en baisse
Coronavirus en Chine: contaminations en baisse

Mais "si nous investissons maintenant, (.) nous avons une chance réaliste de stopper cette épidémie", a-t-il souligné lors d'une conférence, qui rassemble à Genève jusqu'à mercredi 400 scientifiques afin de passer en revue les moyens de combattre l'épidémie.

A Hong Kong, plus de cent personnes ont été évacuées mardi d'une tour de 35 étages après la découverte de deux cas à deux étages différents, les autorités s'interrogeant sur une éventuelle contagion au travers de canalisations.

Ils ont été suivis par d'autres les 28, 29 et 30 janvier: un touriste chinois de 80 ans, hospitalisé "dans un état sévère" à Bichat, sa fille de 50 ans et un médecin libéral contaminé par des ressortissantes chinoises, dont l'une s'est ensuite rendue à Taïwan, où elle a déclaré la maladie. Au Japon, 34 nouveaux cas de coronavirus ont été détectés dans le paquebot placé en quarantaine. La perspective d'une multiplication de ce genre de cas inquiète. Les ministres européens de la Santé se retrouveront jeudi à Bruxelles pour évoquer le sujet. La décision a été prise à la demande des organisateurs du Grand Prix et des autorités sportives chinoises. Un cordon sanitaire empêche les entrées et les sorties. Les produits alimentaires et médicaux peuvent cependant passer.

Hors du Hubei, plusieurs métropoles imposent également à une partie de leurs habitants de rester calfeutrés chez eux, avec néanmoins la possibilité de sortir récupérer des courses. Des banderoles et des messages diffusés par haut-parleur incitent à porter des masques et à se laver les mains.

Le pays demeure largement paralysé, malgré une reprise timide du travail depuis le début de la semaine. Les étudiants sont toujours en vacances et les entreprises incitées à laisser leurs employés travailler à domicile.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL