Coronavirus : le bilan s'élève à 490 morts en Chine

Evrard Martin
Février 5, 2020

Il s'était rendu à Wuhan le 21 janvier et était revenu à Hong Kong deux jours plus tard en empruntant le train rapide, mode de transport par lequel la plupart des gens contaminés sont arrivés à Hong Kong. Sa mère, qui n'avait pas voyagé en Chine, est également tombée malade. Quelque 9 millions de personnes au total sont concernées.

Des mesures de confinement s'étendaient mercredi à des villes d'autres provinces, jusqu'aux lointaines régions industrielles du nord-est. Soixante-cinq décès supplémentaires liés au virus ont été signalés dans le Hubei, foyer de l'épidémie, portant à 479 le nombre de cas mortels répertoriés dans la province.

Le gouvernement chinois a déclaré qu'il avait besoin "d'urgence" de masques chirurgicaux, de combinaisons de protection et de lunettes de sécurité pour lutter contre l'épidémie.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a dit mardi avoir écrit à tous les ministres de la Santé pour les inviter à améliorer le partage des données sur le coronavirus et a annoncé l'envoi en Chine d'une équipe d'experts internationaux. Le centre médical spécialisé de 1 000 lits sera rejoint par un deuxième hôpital de 1 500 lits en quelques jours. C'est largement plus qu'en 2002-2003 lors de la crise du Sras (349 morts). Un second de ce type devrait ouvrir dans les prochains jours.

La chaîne japonaise NHK a affirmé mercredi, faisant référence au ministère japonais de la Santé, que dix personnes à bord étaient porteuses du virus. Prisés des touristes de Chine continentale, ils constituent de véritables poumons économiques pour ce territoire autonome chinois situé non loin de Hong Kong. De nombreuses entreprises ont été contraintes de fermer, l'activité touristique est ralentie et la production de nombreuses firmes internationales a été affectée.

Les Etats-Unis ont reconnu qu'il serait difficile pour Pékin de garantir ses achats de produits américains prévu par la récente trêve commerciale entre les deux puissances.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a, elle, engagé mardi à Vienne des discussions avec la Russie sur de nouvelles baisses de production pour enrayer l'effondrement des cours du brut face à la forte baisse attendue de la demande mondiale.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL