Démantèlement d'un groupuscule d'extrême droite, 12 arrestations — Allemagne

Claudine Rigal
Février 17, 2020

Tous d'extrême droite, les suspects ont formé leur groupuscule en septembre dernier.

Outre les cinq suspects, les huit soutiens "sont soupçonnés d'avoir accepté de leur fournir une aide financière, de leur procurer des armes ou de participer aux futures attaques", détaille-t-il encore.

En s'en prenant "des politiques, des demandeurs d'asile et des musulmans", ce groupuscule, formé en septembre dernier, voulait "ébranler " l'Etat et l'ordre social en Allemagne pour les "renverser", d'après le parquet. "Des attentats dont le dispositif concret n'a pas été précisé jusqu'ici devaient être commis contre des responsables politiques, des demandeurs d'asile et des personnes de confession musulmane afin de générer une situation proche de la guerre civile ", a également fait savoir le parquet.

"Dans le but de créer des conditions qui ressemblent à celles d'une guerre civile, des attaques qui n'étaient pas encore à l'état de projets concrets contre des responsables politiques, des demandeurs d'asile et des membres de la communauté musulmane étaient prévues", ajoute le parquet.

Jusqu'ici aucun des cinq suspects identifiés et leurs huit soutiens n'ont été arrêtés, a précisé le parquet fédéral de Karlsruhe dans un communiqué. Et pour mener à bien leurs projets, les mis en cause se sont vus physiquement plusieurs fois, selon la justice. Ils se sont également servis de chats sur différents services de messagerie pour communiquer entre eux.

De plus, le parquet avait annoncé avant des perquisitions dans treize lieux répartis sur cinq Länder (Etats régionaux), parmi lesquels la Bavière et la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le Land le plus peuplé d'Allemagne.

Les autorités allemandes s'inquiètent d'un terrorisme d'extrême droite depuis notamment le meurtre de Walter Lübcke, haut fonctionnaire territorial favorable à l'accueil de réfugiés, en juin dernier.

Les services de renseignement allemands estiment qu'il y a en Allemagne environ 24 100 "extrémistes de droite", dont la moitié peuvent potentiellement passer à l'acte.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL