Des anti-vaccins conseillent une mère dont l'enfant est malade, celui-ci décède peu après

Evrard Martin
Février 11, 2020

Aux États-Unis, dans le Colorado, un petit garçon de 4 ans est décédé de la grippe faute de prise en charge adéquate. Sa maman a cru bien faire en suivant les conseils d'un groupe anti-vaccins sur Facebook, et a donc refusé d'administrer à son fils l'antiviral Tamiflu que le médecin de famille avait prescrit.

L'affaire fait grand bruit aux États-Unis. Sauf que la mère n'a pas donné le médicament à son fils de quatre ans, présentant pourtant des symptômes de la maladie. Quelques jours plus tôt, l'enfant avait de la température et souffrait de convulsions.

Selon NBC News, la mère de famille avait consulté le médecin qui avait diagnostiqué la grippe pour deux de ses quatre enfants, et prescrit du Tamiflu pour tous les membres de la famille. "Le doc a prescrit du Tamiflu, je ne l'ai pas pris", reconnaît-elle sur Facebook.

La mère de famille avait demandé conseil auprès d'un groupe anti-vaccins sur Facebook. La mère avait elle-même déclaré traiter ses enfants malades avec de l'huile essentielle de menthe poivrée, de la vitamine et de la lavande, sans succès. Lui sont alors conseillés le lait maternel, le thym et le sureau qui, rappelons-le, ne sont pas approuvés ou recommandés pour soigner une grippe ou un rhume. "Parfait, je vais essayer", a répondu la mère de famille.

"C'est une tragédie et nos pensées vont à la famille et à ses proches". Elle y avait expliqué que la grippe n'était pas encore diagnostiquée, mais que son enfant se sentait fiévreux.

Alors que les groupes d'anti-vax sont de plus en plus nombreux sur les réseaux sociaux, Facebook s'est engagé en mars 2019 à lutter contre la désinformation sur les vaccins, tout comme Youtube ou Twitter en limitant le volume ou la portée des groupes diffusant ce type de contenu. Il compte plus de 178 000 membres, connus pour véhiculer des théories du complot, affirmant que les épidémies de maladies évitables (rougeole, grippe.) sont des "canulars" orchestrés par le gouvernement, et pour contacter les parents d'enfants décédés en affirmant, sans aucune preuve, que les vaccins sont responsables de leur mort. Cependant, la saison de la grippe est encore loin d'être finie et le pire est encore à venir.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL