Environ 60 personnes de plus contaminées au coronavirus sur le paquebot — Japon

Claudine Rigal
Février 12, 2020

Lundi, le ministère français des Affaires étrangères a indiqué que le navire de croisière comptait également quatre Français.

Trente-neuf nouveaux cas de contamination par le coronavirus ont été détectés à bord du paquebot Diamond Princess mis en quarantaine près de Yokohama, a annoncé mercredi le ministre japonais de la Santé.

Au total, 492 personnes ont été testées sur les 3711 passagers et membres d'équipage initialement présents à bord du bateau de croisière. Sa période de mise à l'écart pourrait durer jusqu'au 19 février.

À ce stade, parmi les personnes [évacuées du navire] hospitalisées, quatre sont dans un état grave, sous assistance respiratoire ou aux soins intensifs, a précisé M. Kato.

Les quelque 3500 à 3600 passagers toujours à bord sont priés de rester le plus possible dans leurs cabines, de porter des masques de protection quand ils en sortent et de surveiller leur température à l'aide des thermomètres qu'on leur a remis.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé vendredi 7 février au Japon de prendre toutes les mesures nécessaires pour accompagner les passagers du Diamond Princess confinés à bord, y compris des mesures de soutien psychologique.

"Nous suivons avec la plus grande attention l'évolution de la situation, commente le Quai d'Orsay".

L'augmentation du nombre de cas fait grimper l'angoisse à bord, soulignent des passagers sur Twitter.

La moitié des passagers du paquebot sont d'origine japonaise, dont plusieurs personnes âgées, très sensibles au virus.

Les personnes évacuées par quatre avions affrétés par le gouvernement japonais ont en partie été hébergées dans un hôtel de la préfecture de Chiba (banlieue est de Tokyo).

L'épidémie de coronavirus a causé 97 décès supplémentaires mardi en Chine continentale, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires chinoises, ce qui porte à 1.113 le nombre de cas mortels dans le pays depuis que le virus s'est déclaré à Wuhan en décembre dernier.

À Hong Kong, sept autres nouveaux cas ont été découverts, malgré la fermeture des passages terrestres vers la Chine et une réduction drastique des transports vers la Chine.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL