La Chine accuse les États-Unis de "répandre la peur" — Coronavirus

Evrard Martin
Février 3, 2020

Dimanche, les Philippines ont signalé le premier décès en dehors de la Chine d'une personne atteinte du nouveau coronavirus, a annoncé l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les autorités philippines ont indiqué qu'un homme de 44 ans de la ville de Wuhan, dans la province du Hubei, était décédé des suites d'une pneumonie grave. "Il s'agit du premier décès signalé en dehors de la Chine", a déclaré le représentant de l'OMS aux Philippines, Rabindra Abeyasinghe.

Le nombre d'infections confirmées en Chine a grimpé à plus de 17 200, dépassant largement celui du Sras, qui avait tué, au total, 774 personnes, majoritairement en Chine continentale et à Hong Kong. Shanghai comme Shenzhen ont plongé d'environ 8%.

L'OMS a en fait averti que la fermeture des frontières pourrait accélérer la propagation du virus, si les voyageurs entrent dans les pays de manière non officielle.

Les investisseurs se préparaient à la volatilité lorsque le commerce onshore des actions chinoises, des obligations, du yuan et des matières premières a repris, après une forte baisse des craintes concernant l'impact du virus sur la deuxième économie mondiale. "Mais je craignais que cela n'affecte mon travail", déclare-t-elle.

Au milieu d'accusations de réponse officielle lente à l'épidémie, six fonctionnaires de la ville de Huanggang, à côté de Wuhan dans la province du Hubei, ont été licenciés pour "mauvaise performance" dans la gestion de l'épidémie, a rapporté l'agence de presse officielle Xinhua. Lundi, ce sont les croisiéristes qui ont annoncé interdire la présence à leur bord de passagers ou de membres d'équipage ayant voyagé en Chine au cours des quatorze derniers jours, selon un communiqué de l'Association internationale des navires de croisière sise à Hambourg.

Face à un système hospitalier débordé, cette métropole était censée accueillir lundi de premiers malades dans un nouvel hôpital construit en 10 jours.

L'hôpital appelé Huoshenshan, ou "montagne du dieu du feu", comptera 1 000 lits. Vietnam: 6 cas. Inde: 1 cas, une étudiante de Wuhan. Leishenshan, ou "montagne du dieu du tonnerre", devrait être achevé le 5 février.

Critiqué par de nombreux Chinois, qui accusent les autorités d'avoir tardé à publier des informations sur le virus, le principal responsable politique de Wuhan a avoué "se reprocher " d'avoir ordonné trop tardivement des restrictions aux déplacements.

Les États-Unis, qui ont emmené des personnes par avion la semaine dernière, ont prévu "une poignée de vols supplémentaires", a déclaré le secrétaire d'État Mike Pompeo.

Pékin, qui a autorisé différents pays à mener des opérations de rapatriement de leurs ressortissants, se trouve de plus en plus isolé après que certains pays ont mis en place des mesures de restriction et ont suspendu leurs liaisons aériennes vers la Chine continentale. Ce mouvement, suivi par du personnel médical non indispensable, survient alors que le gouvernement hongkongais, fidèle à Pékin, s'est refusé à fermer complètement sa frontière avec la Chine continentale.

Le pays refuse l'entrée aux ressortissants étrangers qui se sont rendus en Chine au cours des deux dernières semaines.

Le virus serait apparu en décembre sur un marché de Wuhan, qui vendait des animaux sauvages.

Il est maintenant établi que le virus peut se transmettre d'homme à homme avec un taux de contagiosité très élevé.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL