La peur du coronavirus gagne Wall Street — USA

Xavier Trudeau
Février 29, 2020

Vers 15H30 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, avançait de 0,28%, à 29.315,24 points.

Le Nasdaq Composite cédait 0,22% à 9.795,47 points à l'ouverture.

Wall Street avait terminé en nette hausse mercredi, emmenant le NASDAQ (+0,87 %) et le S&P 500 (+0,47 %) à des niveaux inédits et faisant grimper le Dow Jones de 0,40 % alors que les investisseurs prenaient note du ralentissement de la propagation de l'épidémie de coronavirus apparue en Chine.

"Le COVID-19 n'est plus aussi important qu'il a pu l'être" pour le marché, estime Maris Ogg de Tower Bridge Advisors. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est félicitée mercredi au Caire des "énormes progrès" effectués dans la gestion de l'épidémie de nouveau coronavirus depuis son apparition en décembre. Par contre en Europe, les indices d'activité PMI "flash" annoncent une amélioration de la situation économique.

Mais la crise du coronavirus va avoir " un impact notable sur la croissance chinoise", au moins au premier trimestre, qui pourrait se répercuter sur les entreprises américaines se fournissant en Chine, a-t-il ajouté.

Mais "au final, le soutien monétaire (apporté par les banques centrales à travers le monde) va continuer à alimenter la montée des indices", prédit M Ogg.

Nouvelle coqueluche de Wall Street, comme Tesla, Virgin Galactic s'est envolé de 23,27% sans nouvelle particulière. L Brands conservera la chaîne de magasins de produits de soins Bath & Body Works. Elle prévoit de dépenser environ 600 millions d'USD au cours de cet exercice pour des rachats d'actions et la réduction de sa dette, et jusqu'à 400 millions d'USD pour rénover certains magasins et mettre à niveau sa chaîne d'approvisionnement.

L'action du spécialiste des bons plans sur internet Groupon chutait de 42% après la diffusion de résultats trimestriels décevants. Le directeur financier, Andy Campion, devenu directeur des opérations, est notamment remplacé par Matthew Friend. Le groupe, qui peine à attirer de nouveaux clients, a annoncé qu'il évaluait ses options stratégiques, y compris un éventuel partenariat, une nouvelle levée de fonds ou la vente de tout ou partie de l'entreprise.

Signe d'un intérêt accru pour le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait encore nettement vendredi, à 1,456 % contre 1,566% la veille la clôture.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL