La production baisse en 2019 — Électricité

Xavier Trudeau
Février 15, 2020

Dans le détail, la production d'électricité française a atteint 537,7 TWh (-2%) pour une consommation totale de 473 TWh (-0,5%), son niveau le plus bas depuis dix ans. La production électrique d'origine nucléaire a reculé de 3,5% en raison d'une disponibilité du parc moins bonne.

Les centrales à charbon, très polluantes, ont été moins sollicitées en raison des coûts mais aussi grâce à un hiver relativement doux. En Belgique, elle a diminué de moitié depuis 1990 et peut s'expliquer par la diminution progressive de la part de charbon (depuis 2016, on ne produit plus d'électricité au moyen de centrales au charbon en Belgique) et par la croissance de la part des énergies solaire et éolienne dans le mix énergétique de la production d'électricité. Quoi qu'il en soit, ce niveau de consommation a permis de réduire les émissions de CO2 de 19 millions de tonnes, ce qui représente une baisse de 6% entre 2018 et 2019. Ces derniers se reflètent surtout dans une moindre consommation du réseau ferroviaire, selon Olivier Grabette, directeur général adjoint de RTE. S'agissant de 2019, la légère baisse de la consommation serait due plus précisément au renforcement des actions d'efficacité énergétique, tant pour les bâtiments que pour les équipements, ainsi qu'aux mouvements sociaux de fin d'année contre la réforme des retraites du gouvernement Philippe.

La France consomme moins d'électricité et ce qu'elle consomme est de plus en plus décarboné: c'est le double enseignement plutôt encourageant du "Bilan électrique français 2019" rendu public ce mercredi par RTE France, la filiale indépendante d'EDF chargée de gérer le réseau électrique hexagonal. Le bilan est "complètement dans la continuité de ceux des années précédentes", souligne Olivier Grabette.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL