Le bilan atteint 1110 morts en Chine — Coronavirus

Claudine Rigal
Février 12, 2020

Ce sont au total 1.110 personnes qui ont perdu la vie en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao) depuis que la première mort imputée au nouveau coronavirus y a été rendue publique le 11 janvier, ont annoncé mercredi les autorités de la province du Hubei, épicentre de l'épidémie, où 94 nouveaux décès ont été répertoriés.

C'est la seconde fois au cours des deux dernières semaines que les autorités ont enregistré une baisse des nouveaux cas dans leur rapport quotidien, mais l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu lundi que la multiplication des cas de contamination chez des personnes n'ayant pas séjourné en Chine pourrait constituer "l'étincelle alimentant un plus grand incendie".

Pour rappel, 56 personnes sont en quarantaine à Maurice, dont 29 au centre d'Anse-la-Raie et 27 autres à l'hôpital de Souillac.

Alors même que la plupart des compagnies aériennes ont cessé leurs vols vers la Chine continentale et que plusieurs pays se sont fermés aux voyageurs qui en viennent, l'épidémie pourrait dorénavant s'accélérer à travers la planète, redoute l'OMS. "Nous appelons tous les pays à utiliser la fenêtre de tir actuelle pour empêcher ce plus grand feu", a-t-il insisté.

Jusqu'alors, la majeure partie des contaminations identifiées à l'étranger impliquait des personnes revenues de Wuhan.

"La détection d'un petit nombre de cas peut indiquer une transmission plus répandue dans d'autres pays; bref, nous ne voyons peut-être que la partie émergée de l'iceberg", a ajouté l'Éthiopien.

Les personnes atteintes de fièvre - - un des symptômes de la maladie - - ne pourront désormais plus se rendre dans les hôpitaux hors de leur arrondissement, tandis que tous les complexes résidentiels sont soumis à des règles d'entrée et de sortie encore plus drastiques.

Environ 60 personnes de plus parmi les passagers et personnels à bord du paquebot Diamond Princess au large de Yokohama (près de Tokyo) ont été testées positives au coronavirus, ont par ailleurs indiqué ce lundi les médias japonais.

En outre, l'OMS a annoncé convoquer les 11 et 12 février à son siège de Genève une réunion d'experts pour faire le point sur la recherche et le développement de vaccins et traitements contre le coronavirus.

Alors que la province du Hubei reste coupée du monde depuis plus de deux semaines, sa capitale Wuhan a encore renforcé les restrictions imposées à sa population.

Dans l'ensemble, la Chine reste largement paralysée, malgré une reprise timide du travail depuis lundi. Les étudiants sont toujours en vacances et les entreprises incitées à laisser leurs employés travailler à domicile.

Les autorités locales ont été critiquées pour avoir tardé à réagir et avoir réprimandé des lanceurs d'alerte pour "propagation de rumeurs".

Les deux principaux responsables chargés des questions de santé dans le Hubei ont été limogés, a annoncé mardi la télévision d'Etat. La mort vendredi de l'un d'entre eux, un médecin de 34 ans, a donné lieu à d'inhabituels appels à la liberté d'expression.

Il s'est aussi voulu rassurant, affirmant que l'impact du virus serait "de courte durée", tout en appelant à "faire très attention à la question du chômage".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL