Le blogueur Bassem passé à tabac par le rappeur Sadek — Vidéo

Pierre Vaugeois
Février 11, 2020

Les images de l'agression ultra-violente du youtubeur Bassem Braiki, revendiquée par le rappeur Sadek, photo et vidéo à l'appui, ont soulevé un vif émoi après leur diffusion sur Internet. Une enquête a été ouverte.

La vidéo du passage à tabac, d'une extrême violence, tourne en boucle ce mardi sur les réseaux sociaux. Sur ces images, un homme au sol, présenté comme le blogueur Bassem Braïki, est frappé par plusieurs autres, sur fond sonore d'insultes. Son pronostic vital n'est pas engagé. Les investigations ont été confiées à la Sûreté du Rhône.

Pour l'heure, aucune interpellation n'a été réalisée dans cette affaire.

Un règlement de compte a eu lieu entre Bassem Braiki, Youtubeur originaire de Vénissieux, et le rappeur Sadek. "Il revendique l'agression de Bassem Braiki et assume totalement son acte".

"À vrai dire là je ne suis pas fier de moi, j'ai cédé comme un imbécile à la violence et à la haine", a-t-il finalement déclaré dans une vidéo publiée sur Instagram, disant ne plus avoir supporté les "menaces avec des armes, les propos" proférés contre lui. (.) J'envoie ce message à tous les petits frères qui m'écoutent: "sachez que ce que j'ai fait, c'est de la grosse merde", écrit le rappeur sur Snapchat. Je ne supportais plus les menaces avec des armes et les propos.

"C'est la faiblesse et le manque de réactivité de votre système judiciaire qui rend les gens fous", a encore justifié dans un tweet le rappeur, affirmant avoir été victime avec sa famille de harcèlement depuis "des mois". Sadek espère que cette histoire " va permettre à Bassem de se remettre en question.

S'il est interpellé et condamné, le chanteur encourt jusqu'à 7 ans de prison et 100 000 euros d'amende si l'ITT est inférieure à huit jours.

Bassem Braiki, le blogueur Vénissian s'est déjà fait remarquer dans des événements violents par le passé. Ce n'est pas la première fois que l'homme de 37 ans entraîne l'annulation d'un concert, on pense notamment au rappeur Booba qui s'est vu annuler son concert à Dardilly en 2016 à cause de lui. A tel point qu'un showcase de Sadek, prévu le 8 février dans une salle de Saint-Priest, en région lyonnaise, avait dû être annulé pour des raisons de sécurité, à la suite d'un "nombre important de messages à caractère provocateur et menaçants envers l'artiste et sa venue sur différents réseaux sociaux". Mais les organisateurs ont décidé d'annuler cet événement, par crainte de débordements: des appels à venir perturber le concert avaient été diffusés sur les réseaux sociaux.

Les deux hommes s'étaient ensuite échangé des insultes par vidéos interposées jusqu'à la nuit dernière.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL