L'Etat prendra ses responsabilités concernant Isabelle Kocher — Engie

Xavier Trudeau
Février 5, 2020

Isabelle Kocher est la directrice générale d'Engie.

PARIS, 2 février (Reuters) - La patronne d'Engie Isabelle Kocher, en difficulté à la tête du groupe industriel énergétique français, affirme sa confiance dans le conseil d'administration pour la reconduire dans ses fonctions et assure que "rien" dans ses relations avec l'Etat actionnaire ne lui permet de penser qu'elle n'est pas soutenue. Mais une réunion extraordinaire est convoquée dès ce jeudi ce qui pourrait mettre fin à un feuilleton qui déstabilise le géant de l'énergie depuis des mois.

Le départ d'Isabelle Kocher est probable dans la mesure où elle fait face à l'hostilité d'une majorité d'administrateurs, a précisé l'une de ces sources proches du dossier. Le gouvernement n'a pour l'instant pas encore pris position publiquement mais s'est bien gardé de soutenir Isabelle Kocher explicitement.

" Si ce point est à l'ordre du jour, la décision des représentants sera donnée avec primeur aux membres du conseil d'administration dans le respect bien entendu de la gouvernance", a seulement indiqué Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement.

"L'avenir d'Isabelle Kocher, qui figure en bonne position parmi les femmes les plus puissantes du monde selon Forbes, fait l'objet de rumeurs récurrentes depuis des mois". "Je suis très motivée pour poursuivre ma mission", a-t-elle déclaré au Journal du Dimanche.

La progression du cours de Bourse de l'entreprise sous son mandat (+13% environ), jugée trop modeste, est elle aussi invoquée comme motif de son éviction.

Dans une tribune publiée par Les Echos, des personnalités de tous bords politiques (Yannick Jadot, Xavier Bertrand, Anne Hidalgo, Cédric Villani...) et du milieu des affaires (Frédéric Mazzella, Clara Gaymard...) plaident pour son renouvellement et saluant notamment "sa formidable réussite" sur la question de la transition énergétique.

"Nous avons 24% du capital d'Engie: ce n'est pas une entreprise publique mais c'est une entreprise où l'Etat a une responsabilité particulière".

Sous sa direction, Engie a procédé à quelque 15 milliards d'euros d'actifs sur la période 2016-2018, principalement dans la production d'électricité à partir de charbon et dans l'amont pétrolier et gazier, et a donné la priorité aux énergies renouvelables, aux infrastructures gazières et aux services.

Elle ajoute que l'évaluation à laquelle elle s'est prêtée sur la demande de Jean-Pierre Clamadieu est "positive et confirme que j'ai le profil adéquat pour diriger Engie". "Isabelle Kocher s'était d'ailleurs portée garante de l'unité du groupe".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL