" "Macron parle d'un " signal d'alarme historique " pour l'UE — Brexit

Claudine Rigal
Février 1, 2020

Publié le 31 janv.

Les mots du chef de l'Etat français sont forts. Selon lui, si le Brexit a été rendu possible, c'est à cause des mensonges proférés durant la campagne du référendum de juin 2016 mais aussi parce que l'Europe n'a pas assez changé. "C'est un signal d'alarme historique qui doit retentir dans chacun de nos pays, être entendu par l'Europe toute entière et nous faire réfléchir", a-t-il déclaré. "Ce départ est un choc, un signal d'alarme historique", a déclaré, solennel, le président français. "Il faut nous souvenir à chaque instant de ce à quoi le mensonge peut conduire dans nos démocraties", a-t-il ajouté. Le chef d'Etat, européiste convaincu, a insisté sur la nécessité de "rebâtir un projet européen plus clair où le désir de quitter l'Europe ne sera plus la réponse aux difficultés", solution qu'il considère comme "une mauvaise réponse".

Emmanuel Macron se rendra à Londres en juin, annonce le président dans une " lettre " adressée au peuple britannique, parue dans le Times ce samedi, jour d'entrée en vigueur du Brexit.

Le président de la République a indiqué qu'il se rendrait prochainement au Royaume-Uni pour renforcer les liens bilatéraux. "Mais jamais un esprit de revanche ou de punition n'a animé la France et le peuple français ni, je crois pouvoir le dire, aucun peuple d'Europe ", assure-t-il. Chargé de mener ces discussions côté européen, Michel Barnier doit présenter lundi les priorités de son mandat et les modalités de cette seconde phase. "Ce nouveau " partenariat", Emmanuel Macron le veut " fort ". "Mais je le veux aussi exigeant car je veux vous protéger, vous défendre, protéger l'unité de notre Europe qui est indispensable ". Il s'adresse plus particulièrement "aux millions de Britanniques (.) qui conservent un attachement profond à l'Union européenne".

Il s'est enfin dit " profondément attaché à ce que durant cette négociation, nos intérêts, c'est-à-dire les intérêts de nos pêcheurs, de nos agriculteurs, de nos industriels, de nos chercheurs, de nos travailleurs, de nos étudiants soient maintenus ".

" Mais ce ne sera pas la même chose que la relation que nous connaissons depuis quelques décennies". Mais l'heure est désormais à la construction de nouvelles relations entre l'UE et le Royaume-Uni - "qui aura moins de devoirs mais aussi moins de droits " - et entre le Royaume-Uni et la France.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL