Percée historique du Sinn Fein — Irlande

Claudine Rigal
Février 12, 2020

Après la percée historique du Sinn Fein aux élections législatives de samedi en Irlande, sa dirigeante Mary Lou McDonald se voit déjà cheffe du gouvernement et a demandé à l'Union européenne de soutenir son projet de réunification de l'Irlande.

Le Sinn Fein compte désormais 37 sièges sur les 160 du Dail, la chambre basse du Parlement, derrière le Fianna Fail (38) et devant l'autre parti de centre-droit, le Fine Gael du Premier ministre Leo Varadkar, qui essuie un revers et n'en compte que 35.

Après avoir réussi à dédiaboliser et redorer l'image du Sinn Fein, qui a longtemps fait figure de paria en raison de ses liens avec l'IRA, Mary Lou McDonald doit à présent former un gouvernement de coalition, et donc chercher à faire des alliances.

Le Sinn Fein, qui milite pour la réunification de la province britannique d'Irlande du Nord avec la République d'Irlande, ne présentait que 42 candidats, soit environ deux fois moins que les deux grands partis centristes.

Les électeurs ne votent pas pour une liste constituée, mais élaborent leur propre liste en classant les candidats par ordre de préférence.

Fianna Fail comme Fine Gael ont exclu de former une coalition avec le Sinn Fein, en raison de ses liens avec l'IRA, organisation paramilitaire opposée à la présence britannique en Irlande du Nord. Avant de préciser que sa première option était de se tourner vers les petits partis comme les Verts ou les Sociaux-démocrates, avec lesquels des contacts ont déjà été pris.

La position des leaders des grands partis centristes de "ne pas parler avec nous" n'est "pas durable", a-t-elle déclaré à la presse dans le principal centre de comptage de Dublin, en périphérie de la capitale.

"L'un d'entre eux, publié mardi par l'" Irish Times ", a marqué les esprits: "il crédite son parti de centre droit, le Fine Gael, de seulement 20 % des intentions de vote.

Le chef du du Fianna Fail, Micheal Martin, s'est dit "confiant", en votant à Cork (sud). Depuis l'indépendance il y a un siècle, le paysage politique irlandais est dominé par ces deux partis, qui gouvernent le pays alternativement ou en coalition comme actuellement.

Je veux que nous ayons un gouvernement pour le peupleQuelles alliances?

Tous deux ont été réélus dimanche, mais pas au premier tour de décompte, contrairement à Mary Lou McDonald.

Une semaine après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 janvier, l'Irlande et ses 4,9 millions d'habitants se trouvent en première ligne.

Métis et homosexuel, symbole de la libéralisation d'un pays réputé conservateur, celui qui a levé l'interdiction de l'avortement en 2018 et tenu la barre pendant le Brexit est critiqué pour son bilan sur le logement, les sans-abri et la santé, dans un pays qui ne s'est pas encore complètement remis de la crise de la fin des années 2000.

Après les dernières élections, en 2016, il avait fallu plus de deux mois pour qu'un gouvernement soit formé. Leo Varadkar a mis en avant son rôle dans la mise au point d'une solution évitant le retour à une frontière physique entre les deux Irlande.

Des discussions commerciales avec l'UE approchent, aux conséquences considérables sur les échanges sur l'île d'Irlande.

Cette question, l'une des plus épineuses de l'accord de divorce entre Londres et Bruxelles, a fait resurgir le souvenir des trois décennies de Troubles entre républicains (majoritairement catholiques) et unionistes (surtout protestants), qui ont fait 3500 morts.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL