Washington inculpe quatre militaires chinois — Vol de données

Claudine Rigal
Février 12, 2020

L'administration précédente de Barack Obama avait accusé en 2014 cinq militaires chinois d'avoir pénétré dans les réseaux informatiques de grandes sociétés américaines pour siphonner des secrets commerciaux. Le ministre de la justice américaine, Bill Barr lors d'une conférence de presse a annoncé ce lundi que quatre officiers chinois ont été inculpés pour avoir pirater les données personnelles d'Equifax.

Des clients d'Equifax, dont le rôle est de collecter des données personnelles de consommateurs sollicitant un crédit, avaient également été affectés au Canada et au Royaume-Uni.

Wu Zhiyong, Wang Qian, Xu Ke et Liu Lei, membres d'une unité de recherche de l'armée chinoise, ont été inculpés la semaine dernière à Atlanta d'association de malfaiteurs en vue de commettre une fraude informatique et de l'espionnage économique. Le directeur adjoint du FBI, David Bowdich a déclaré que l'attaque contre Equifax est celle qui a jusqu'ici enregistré la plus grande perte de données.

Les quatre agents sont accusés d'avoir exploité une faille dans un logiciel utilisé par Equifax sur son site de résolution des litiges.

D'après la justice américaine, les pirates ont obtenu les noms, dates de naissance et numéros de sécurité sociale d'environ 145 millions de victimes. "Nous rappelons au gouvernement chinois que nous avons la capacité de lever le voile d'anonymat qui recouvre internet et de retrouver les pirates que le pays déploie régulièrement contre nous" a-t-il déclaré. "Le gouvernement chinois et l'armée, ainsi que les personnes qui leur sont liées, ne se sont jamais livrés et n'ont jamais participé à des vols de secrets commerciaux via internet ", a indiqué lors d'un point de presse régulier Geng Shuang, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. En parallèle, "des intrusions informatiques soutenues par l'Etat ont visé des secrets industriels et des informations économiques confidentielles", a ajouté Bill Barr, en mentionnant des enquêtes ouvertes dans les secteurs de l'industrie nucléaire, aéronautique ou métallurgique.

Geng Shuang a rejeté les accusations des Etats-Unis, les accusant d'être eux-mêmes les premiers auteurs de cyberespionnage au monde, soulignant que la Chine en était une "victime". Des poursuites judiciaires avaient toutefois été engagées contre Equifax en raison de différents manquements. Au moment où le piratage a été révélé, le PDG d'Equifax de l'époque, Rick Smith, a mis en cause une faille au niveau d'un serveur vieille de plusieurs mois que la société n'avait pas corrigée.

L'agence avait également été critiquée parce que ses systèmes de sécurité étaient insuffisants et parce qu'elle avait tardé à révéler la fuite. Le PDG de l'entreprise a démissionné, ainsi que son chef de la cybersécurité, Susan Mauldin, et le directeur de l'information Jun Ying. En juillet 2019, Equifax a transigé avec la Federal Trade Commission et accepté de payer 575 millions de dollars pour ses défaillances de sécurité.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL