Amazon tourne à plein régime et va recruter 100.000 personnes

Xavier Trudeau
Mars 17, 2020

Un moyen de répondre à la hausse des commandes en ligne provoquée par le coronavirus. Le géant du e-commerce va également augmenter le salaire horaire de ses collaborateurs de 2 dollars aux Etats-Unis et Canada, de 2 livres au Royaume-Uni et de 2 euros en Europe jusqu'au mois d'avril.

La société établie à Seattle a indiqué que ses offres d'emplois concernaient à la fois des emplois à temps plein et à temps partiel et incluaient des rôles tels que ceux de chauffeurs-livreurs et d'employés d'entrepôt.

Le détaillant Amazon a indiqué lundi qu'il voulait embaucher 100 000 personnes à travers les États-Unis pour s'ajuster à une forte croissance du nombre de commandes en cette période d'épidémie du nouveau coronavirus, pendant laquelle plus de personnes, isolées à leur domicile, font des achats en ligne.

Plusieurs pays européens ont mis en place des mesures drastiques de confinement de la population, ne maintenant ouverts que les magasins de première nécessité, pour freiner la propagation du Covid-19, qui a déjà fait plus de 7.000 morts dans le monde. Des grandes villes et comtés américains ont suivi le mouvement avec des décrets pour fermer les écoles et limiter les déplacements non essentiels.

Nous voulons que ces personnes sachent qu'elles sont les bienvenues dans nos équipes jusqu'au retour à la normale et au moment où leurs employeurs passés pourront les reprendre.

Les livraisons restent elles autorisées.

L'augmentation des salaires de 2 dollars de l'heure pour ses employés va coûter 350 millions de dollars à Amazon.

Amazon mise aussi sur le fait que beaucoup de personnes vont perdre leur emploi dans les secteurs les plus impactés par la crise.

En tant que leader du commerce en ligne, Amazon est en première ligne face à certaines composantes de la crise: l'explosion de la demande pour les produits sanitaires, les tentatives de spéculation ou de désinformation sur ces mêmes produits.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL