"Aucune pénurie" n'est à prévoir selon Bruno Le Maire — Coronavirus

Xavier Trudeau
Mars 17, 2020

Pour faire face à la crise du coronavirus, le ministre de l'Economie fait des annonces. Par exemple, dès l'ouverture de l'Intermarché d'Agen sud, des centaines de clients (certains portant des masques) se sont rués sur les rayons, remplissant leurs chariots de pâtes, riz, huile, eau, papier toilette, etc. Pour rappel, les commerces alimentaires ne sont pourtant pas concernés par la mesure de fermeture obligatoire.

Il a ainsi annoncé que le gouvernement allait mobiliser de manière "immédiate" 45 milliards d'euros pour soutenir les entreprises et les salariés, notamment via le report du paiement de toutes les charges fiscales et sociales dues par les entreprises. Il a demandé à chacun de "faire ses courses comme avant" afin d'éviter la pénurie.

Le coronavirus va plonger la France dans la récession en 2020, a estimé mardi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, qui a annoncé que le gouvernement tablait désormais sur un recul du produit intérieur brut (PIB) de 1%. "Les animaleries et les magasins d'alimentation pour animaux, resteront ouvertes ", a assuré le ministre pour répondre à une préoccupation des Français. "Il n'y a aucune pénurie sur les biens de nécessité ".

Et pour "garantir la sécurité de la chaîne d'approvisionnement en produits alimentaires et de première nécessité", les règles de "recrutement, de travail de nuit, sur les heures supplémentaires" des magasins seront assouplies, a-t-il poursuivi, au sortir d'une rencontre à Bercy, avec les acteurs de la distribution.

" 90 % à 95 % des références de produits sont disponibles dans les supermarchés et grandes surfaces", a déclaré le ministre.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL