Coronavirus : La France gère l'urgence et réfléchit à la durée du confinement

Evrard Martin
Mars 22, 2020

Olivier Véran a appelé les particuliers et les entreprises à remettre leurs stocks de masques aux établissements de santé.

Mais le marché "extrêmement tendu", dont la majorité de la production "vient de Chine, berceau de l'épidémie", n'a pas su répondre aux commandes françaises.

Olivier Véran a précisé que la France disposait d'un stock d'un milliard de masques chirurgicaux et de 600 millions de masques FFP2 qui s'est réduit au fil des ans. Au démarrage de la crise, il n'y avait donc plus un seul FFP2 et seulement 117 millions de masques chirurgicaux. Mais les stocks n'auraient pas "été renouvelés dans la durée " et les quantités de protections disponibles se seraient réduites "année après année ".

Signe d'une pandémie à la puissance jamais vue, plus d'un million de personnes sont désormais confinées dans le monde, alors que le coronavirus continue de pousser les gouvernements à adopter des mesures drastiques pour freiner sa progression. Plus de 250 millions d'unités ont été commandées et seront livrées au cours des prochaines semaines. Grâce aux réquisitions, et en tenant compte de ce déstockage, le stock a été maintenu à 105 millions de masques au 16 mars. Les importations sont à présent également réquisitionnées. En outre, de nombreuses entreprises ont fait des dons, Crédit Agricole, LVMH (propriétaire des " Echos "), etc.

En ce qui concerne les autres professions qui demandent la distribution de masques (forces de l'ordre, grande distribution...), le ministre de la Santé a indiqué que le Conseil scientifique serait à nouveau consulté mardi 24 mars notamment pour évoquer "le mode de répartition des masques ".

Avant une possible annonce de prolongation, lundi, la France vit dimanche un sixième jour de confinement. Le premier ministre a indiqué que 40 prototypes sont actuellement en cours de tests pour augmenter significativement le nombre de masques... ils vont être produits en masse dans les jours et semaines à venir...

" Entre ceux qui doivent être rassurés, et ceux qui doivent être protégés, j'assume de donner la priorité aux seconds ", a tranché Olivier Véran.

Il a toutefois redit ne pas envisager l'usage généralisé du masque dans la population, rappelant notamment que l'OMS ne le recommande pas.

Par ailleurs, a-t-il expliqué, les producteurs nationaux de masques ont mis leur chaîne de production en tension, elle tourne à plein régime. La capacité de production en France est actuellement de 6 millions de masques par semaine, elle va passer à 8 millions d'ici avril dont la moitié de FFP2.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL