La tête de Maduro mise à prix par Washington

Claudine Rigal
Mars 27, 2020

"Pendant qu'ils occupaient des postes clés dans le régime de Maduro, ces personnes ont violé la confiance du public en facilitant les expéditions de stupéfiants en provenance du Venezuela, y compris le contrôle des avions qui partent d'une base aérienne vénézuélienne, ainsi que le contrôle des circuits de la drogue via les ports du Venezuela", a fait savoir M. Pompeo.

Washington offre une prime pouvant atteindre 15 millions de dollars pour toute information qui permettrait d'arrêter le président socialiste, au pouvoir depuis 2013.

Interrogé sur l'opportunité d'une telle annonce en pleine crise sanitaire, le ministre a jugé que c'était "le meilleur moyen de soutenir le peuple vénézuélien" qui, comme un tiers de l'humanité, est appelé à rester confiné chez lui après la confirmation d'une centaine de cas de Covid-19. Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères a qualifié l'attitude américaine de "nouvelle forme de coup d'Etat".

Le Président Nicolas Maduro est accusé d' "avoir participé à une association criminelle impliquant une organisation terroriste extrêmement violente, les Forces armées révolutionnaires de la Colombie (FARC), d'écouler de la cocaïne aux USA", a déclaré le procureur général Bill Barr, lors d'une vidéo conférence. Les accusés sont passibles de la détention à perpétuité. Sur cette liste figurent le numéro 2 du gouvernement vénézuélien, Diosdado Cabello; le vice-président chargé de l'économie, Tareck El Aissami; le ministre de la défense Vladimir Padrino; le présisent de la Cour Suprême de justice, Maikel Moreno; des militaires à la retraite, Hugo Carvajal, ancien chef du renseignement militaire et Clíver Alcalá Cordones.

Selon Mike Pompeo l'actuel président vénézuélien est inculpé dans un vaste réseau de trafiquants de drogue vers les Etats-Unis.

Washington tente d'asphyxier le gouvernement de Nicolas Maduro avec une série de sanctions économiques.

Une grande partie de la communauté internationale dont les États-Unis et Haïti, ne reconnait pas sa légitimité et soutient de préférence le chef de l'opposition, Juan Guaido, qui s'est auto-proclamé président par intérim. "L'équation est simple: Maduro égal narcotrafic, Maduro égal crime organisé", a-t-il déclaré. L'objectif affiché de Donald Trump est de contribuer à l'éviction du successeur d'Hugo Chavez, grand pourfendeur de "l'impérialisme nord-américain".

Mais ce dernier conserve le soutien de la Chine, de la Russie et de Cuba, et les soutiens à Juan Gaido commencent à s'essouffler dans le pays.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL