Le dollar, en nette baisse, pâtit des mesures de la Fed — Devises

Xavier Trudeau
Mars 25, 2020

La Fed a rappelé qu'elle ferait tout pour aider les marchés à continuer à fonctionner, et lancé un nouveau programme de 300 milliards de dollars d'aides pour "soutenir le flux de crédit aux employeurs, aux consommateurs et aux entreprises".

Elle a aussi promis de mettre "bientôt en place un programme de prêts aux petites et moyennes entreprises" qui constituent l'essentiel du tissu économique américain. Le Nasdaq a limité les pertes en ne reculant que 0,27%. Francfort prenait 0,94% et Londres refluait de 1,45%. Milan s'est replié de 1,09% et Madrid de 3,31%.

Parmi les plus fortes baisses du Dow Jones, United Technologies cède 6,48%, Nike 5,11% et Visa 6,02%.

Les mesures de confinement, qui pourraient être durcies ce lundi en France, se sont en outre étendues à la Grèce, à l'Etat américain de New York et à la Nouvelle-Zélande, dont la Banque centrale a par ailleurs annoncé un plan d'achat d'obligations.

Vers 20h, l'euro gagnait 0,43% face au billet vert, à 1,0743 dollar, après être tombé en début d'échanges à 1,0636 dollar, un niveau plus vu depuis avril 2017.

"La Fed s'efforce toujours de maintenir le flux de crédit parce qu'elle sait ce qui s'est passé pendant la crise (quand) trop d'entreprises ont fait faillite", a déclaré Duy.

Les investisseurs ont en outre dû composer avec les avertissements sur résultats d'entreprises ou des annonces de mesures d'économies drastiques, comme à Paris avec TF1, Saint-Gobain, Airbus, Vinci, Total, Kering.

Le marché de la dette a pour sa part terminé sur une très légère détente.

"Nous avons un édifice qui s'est affaissé très fortement et là nous sommes en train d'injecter du béton sous l'édifice", a-t-il ajouté, en estimant que "la question est désormais de savoir à quel moment les parties monétaire, budgétaire et sanitaire permettront d'arriver à un produit global qui redevient positif pour les marchés".

La Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé ce matin une deuxième vague de mesures exceptionnelles pour soutenir l'économie américaine face à la multiplication des confinements.

En revanche, la livre chutait, perdant 1,07% face au billet vert, à 1,1520 dollar, et 1,52% face à la monnaie unique, à 93,23 pence pour un euro. Vers 12H40 GMT (13H40 à Paris), l'euro gagnait 0,65% face au billet vert, à 1,0756 dollar, après être tombé en début d'échanges à 1,0636 dollar, un niveau plus vu depuis avril 2017.Les cours du pétrole, en recul en début de séance européenne, se sont, eux, un peu redressés.

Jasper Lawler, analyste pour London Capital Group, a lui souligné que "la demande en dollars s'est calmée en fin de semaine après une série de mesures supplémentaires prises par la Fed pour fournir des liquidités".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL