Le plan US de relance économique échoue encore au Sénat américain — Coronavirus

Xavier Trudeau
Mars 25, 2020

Au vu du plongeon des contrats à terme sur les indices américains, Wall Street, phare des Bourses mondiales, s'apprête à visiter des nouveaux plus bas depuis novembre 2016, c'est-à-dire à retrouver ses niveaux d'avant l'élection de Donald Trump qui, avec sa politique de réduction des impôts, avait contribué à envoyer le Dow Jones, le S&P 500 et le Nasdaq Composite à des records.

Ce projet de loi vise à mobiliser jusqu'à près de 2000 milliards de dollars.

"Plus cela prendra de temps, plus il sera difficile de redémarrer l'économie".

"Nous travaillons rapidement pour adopter une nouvelle loi qui offrira un soutien majeur aux petites entreprises, aux secteurs touchés et versera directement de l'argent aux formidables Américains qui travaillent et aux familles qui travaillent dur", a-t-il ajouté.

"Ce plan représentera le plus gros programme d'aide destiné à l'économie réelle de l'histoire des Etats-Unis", avait précisé mardi soir le conseiller économique de la Maison-Blanche Larry Kudlow. Les républicains ont alors accusé les démocrates d'obstruction dans une période d'urgence nationale.

Il avait affirmé que les négociateurs s'attendaient "à voter aussi vite que possible".

"Votez sur ce maudit texte".

Malgré l'échec de la tentative de parvenir à un accord dès vendredi soir, comme le voulait le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, ce dernier a affirmé samedi après-midi qu'il était "de plus en plus proche".

Les mesures incluent des aides directes versées aux Américains, des prêts pour les petites entreprises et pour les poids lourds de l'économie, dont le secteur aérien, ainsi que plus de moyens pour les hôpitaux américains, a-t-il énuméré.

Le texte doit passer ce premier obstacle procédural avant d'être soumis à un vote final au Sénat, puis à un vote à la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates.

Ils veulent notamment une supervision accrue des prêts accordés aux grandes entreprises, qui ressemblent plus selon eux à des cadeaux aux dirigeants.

Donald Trump a indiqué que les mesures ébauchées ce week-end lui avaient plu, jusqu'à ce que la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, fasse circuler une contre-proposition avec des clauses concernant notamment l'environnement.

"Il y avait des choses terribles là-dedans", a-t-il déclaré sur Fox News.

"Cela veut dire élargir et réformer profondément l'assurance-chômage", a expliqué M. Schumer.

Mme Pelosi a reconnu mardi que son parti aimerait notamment limiter les émissions de gaz à effet de serre des compagnies aériennes "si nous leur donnons des milliards de dollars".

Mais elle a semblé ouverte à faire approuver à la Chambre le texte qui serait adopté au Sénat, si celui-ci incluait assez de grandes priorités des démocrates.

La pandémie de coronavirus a tué au moins 428 personnes aux États-Unis et contaminé plus de 34.000 personnes, ce qui a conduit les gouverneurs des États à ordonner à près d'un tiers de la population du pays de rester chez elle.

Selon l'université Johns Hopkins, plus de 24 000 cas de coronavirus ont été recensés aux États-Unis, qui comptent plus de 280 décès.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL