Le tueur présumé de Christchurch plaide coupable — Nouvelle-Zélande

Claudine Rigal
Mars 27, 2020

Brenton Tarrant, l'Australien accusé d'avoir tué 51 personnes l'année dernière dans deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a plaidé coupable pour tous les chefs d'accusation, a annoncé jeudi la police.

L'homme de 29 ans a subitement changé de position, sans donner de détails, après avoir toujours nié l'ensemble des chefs d'accusation retenus contre lui.

"Oui, coupable ", a déclaré Brenton Tarant depuis la prison de Paremoremo, près d'Auckland, via une connexion vidéo avec la Haute cour de Christchurch. Son changement d'avis soudain n'a encore aucune explication à ce stade à l'issue d'une audience organisée à la hâte.

À cause de cette volte-face pour laquelle ni l'accusé ni ses avocats n'ont donné de raison, le procès n'aura pas lieu.

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern s'est dit soulagée, tout cela " épargne aux familles le calvaire d'un procès ", que le tueur aurait pu d'ailleurs utiliser comme une tribune.

Pour Jacinda Arden, qui avait décidé de ne jamais prononcer le nom du tueur, cette admission de culpabilité va offrir une sorte d'apaisement aux nombreuses personnes dont les vies ont été meurtries par l'attaque. "Je suis ravi qu'il se sente coupable". Pour le juge d'instruction, "le plaider-coupable représente une étape très importante vers la finalisation de cette procédure pénale". Cette épidémie a entraîné l'annulation de l'hommage national aux victimes de l'attaque le 15 mars 2019, qui devait se dérouler un an jour pour jour après.

Dans un texte de 73 pages, intitulé "le Grand remplacement", l'auteur de la plus grande tuerie de masse de l'histoire de la Nouvelle-Zélande avait expliqué vouloir s'en prendre aux musulmans. Il a filmé et retransmis en direct sur Facebook les images du carnage.

Il avait ouvert le feu dans les deux mosquées armé d'armes semi-automatiques. Quelques mois plus tard, il allait encore plus loin pour assurer que seules les personnes "aptes " puissent posséder une arme à feu.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL