Le VLT détecte une exoplanète sur laquelle il pleut du fer

Alain Brian
Mars 15, 2020

Grâce au Très Grand Télescope (VLT) de l'Observatoire européen austral (ESO), les astronomes ont observé une planète où il existe des pluies de fer. Les résultats ont été publiés dans la revue Nature. Wasp-76b se trouve bien au-delà de notre système solaire, à 640 années-lumière d'ici, dans la constellation des Poissons. Du côté où il fait jour, la température peut ainsi atteindre les 2 400 °C, alors que du côté où il fait nuit, la température chute à 1 500 °C. Une température suffisante pour l'évaporation de métaux. Un vent fort transporte les vapeurs de fer du côté nocturne plus froid, où elles se condensent en gouttes de fer. Comme la Lune sur son orbite autour de la Terre, WASP-76b est verrouillée gravitationnellement: il lui faut autant de temps pour tourner autour de son axe que pour contourner l'étoile. Elle est nettement plus froide que l'autre moitié de la planète, constamment exposée à la chaleur de l'étoile.

Côté diurne, WASP-76b reçoit des milliers de fois plus de rayonnement de son étoile que la Terre n'en reçoit du Soleil, fait savoir l'UNIGE. Il y fait si chaud que les molécules se divisent en atomes, et les métaux tels que le fer s'évaporent.

Des vents violents poussent ensuite cette vapeur de fer vers le côté sombre de WASP-76b, où règne une température d'environ 1500 degrés. C'est suffisant pour la condensation des vapeurs de fer et les précipitations sous la forme de pluie. Les chercheurs ont été surpris de ne pas voir des vapeurs de fer dans la zone "matinale" de la planète. La présidente de l'équipe scientifique ESPRESSO et astrophysicienne au Centre d'Astrobiologie de Madrid, María Rosa Zapatero Osorio, a précisé que: " les observations montrent que la vapeur de fer est abondante dans l'atmosphère du côté chaud de WASP-76b. "Étonnamment, cependant, nous ne voyons pas la vapeur de fer le matin, cela signifie qu'il pleut du fer du côté nocturne de cette exoplanète extrême", explique Ehrenreich. Une fraction de ce fer est injectée côté nuit en raison de la rotation de la planète et des vents atmosphériques.

Un spectrographe dernier criLe Spectrographe échelle pour l'observation de planètes rocheuses et des observations spectroscopiques stables (ESPRESSO) a été initialement conçu pour rechercher des planètes similaires à la Terre autour des étoiles semblables au Soleil. Mais il s'est avéré que le spectrographe pouvait également remplir d'autres fonctions d'observation. "On pourrait dire qu'il pleut sur cette planète la nuit, sauf qu'il pleut du fer ", explique David Ehrenreich, professeur à l'université de Genève, en Suisse, et auteur principal de l'étude.

Pour conclure, c'est grâce à la puissance du VLT et à la stabilité d'ESPRESSO que de telles observations sont rendues possibles.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL