L'UPA réclame une exemption pour les travailleurs étrangers | Coronavirus — Fermeture des frontières

Claudine Rigal
Mars 19, 2020

Le 18 mars, l'Union des producteurs agricoles du Québec a fait une sortie médiatique pour exprimer sa grande inquiétude en lien avec la fermeture des frontières aux travailleurs agricoles étrangers temporaires, provenant notamment du Mexique et du Guatemala.

Affirmant être bien conscients des enjeux liés à la propagation du coronavirus, les dirigeants de l'UPA redoutent que, sans l'apport des 16 000 travailleurs étrangers temporaires qui oeuvrent chaque année dans les champs et les installations agroalimentaires du Québec, cette industrie subisse des dommages irréversibles.

Il n'y a rien de critique pour le moment, mais il y a des décisions à prendre dès maintenant, a déclaré M. Groleau en s'adressant aux gouvernements fédéral et québécois. Cette décision entraînera des conséquences désastreuses sur le secteur agricole, plus particulièrement horticole (fruits, légumes, etc.), mais surtout sur le coût du panier d'épicerie des Canadiens et des Canadiennes.

"Le gouvernement canadien a pris la bonne décision".

L'UPA, l'Association des producteurs maraîchers du Québec, le Conseil de la transformation alimentaire du Québec et Sollio Groupe Coopératif invoquent la pénurie de main-d'œuvre dans le secteur agricole.

Le président Trump vient en effet d'annoncer que d'un commun accord, la frontière entre les États-Unis et le Canada sera fermée jusqu'à nouvel ordre pour tous les déplacements non essentiels. "Leur absence compromettrait l'ensemble de la saison de production et provoquerait à coup sûr une augmentation importante sur la facture d'épicerie de nos concitoyens, dorénavant entièrement dépendants des importations", plaident les associations. La plupart proviennent du Mexique et du Guatemala.

Au Québec, 85 % de la production de fruits et légumes que l'on retrouve sur les tablettes des épiceries en saison estivale provient d'ici.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL