Plus de 2.000 morts en Europe — Précédent Coronavirus

Claudine Rigal
Mars 16, 2020

"L'Italie a enregistré 368 morts, ce qui porte son total à 1 809, l'Espagne a enregistré 97 morts supplémentaires pour un total de 288 et la France a fait état de 29 morts, soit un total de 120".

Des Etats-Unis au Royaume-Uni en passant par la Russie, des pays qui s'estimaient jusque-là épargnés ont décidé samedi de passer à la vitesse supérieure face à la propagation inexorable de la pandémie qui teste les limites des systèmes de santé des pays européens les plus infectés.

Comme un symbole, le géant américain Apple a annoncé samedi la fermeture de tous ses magasins jusqu'au 27 mars à l'exception de la Chine, où il vient juste de rouvrir ses boutiques.

Devant la progression de la pandémie, le monde se calfeutre toujours plus: l'Espagne a pris des mesures particulièrement radicales avec une quarantaine quasi-totale et a décrété l'état d'alerte pour quinze jours. Séville et d'autres villes ont annoncé l'annulation des célèbres processions de la semaine sainte début avril.

Commerces fermés et populations confinées en France et en Espagne, chaos dans les aéroports américains: la pandémie du coronavirus, qui a touché plus de 150.000 personnes et fait presque 6.000 morts, continuait d'avancer inexorablement dimanche.

Le Premier ministre Pedro Sanchez s'est voulu clair: les Espagnols pourront sortir de chez eux pour aller "travailler", "acheter le pain", aller à la pharmacie ou se faire soigner mais "pas pour aller dîner chez un ami". Dans la soirée, le gouvernement a annoncé la contamination de son épouse. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'imparfaitement la réalité, les pays ayant des politiques de tests et des critères de comptabilité plus ou moins restrictifs.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Europe est maintenant 'l'épicentre' de la maladie.

Une infirmière à bout de forces endormie sur son clavier d'ordinateur: cette photo partagée sur les réseaux sociaux est devenue le symbole de l'épuisement du personnel soignant dans le nord de l'Italie, pays qui a enregistré 250 décès en 24 heures.

A Rome, le Vatican a annoncé dimanche que "toutes les célébrations liturgiques de la Semaine Sainte se tiendront sans la présence physique des fidèles", de même que les audiences générales du Pape jusqu'au 12 avril. La France, qui a annoncé 830 nouvelles contaminations (4.500 au total et 91 décès), a aussi durci ses mesures, avec une réduction progressive des transports longue distance (trains, bus, avions) dans les prochains jours, ainsi que la fermeture des restaurants, bars, discothèques et cinémas dès la nuit de samedi à dimanche.

"Ce que nous avons vu ces dernières semaines, c'est que davantage de pays ont des problèmes avec le virus et cela signifie que la source de certaines de ces transmissions provient de plus en plus de pays", a déclaré Morrison lors d'une conférence de presse.

L'Autriche, où 602 cas ont été confirmés samedi et première destination de sports d'hiver en Europe, a annoncé la fermeture anticipée de la quasi-totalité de ses stations de ski. Le pays a atteint samedi 1 140 personnes testées positives, contre 798 la veille.

Critiqué pour sa lenteur à réagir, dans un pays qui ne comptabilise officiellement que 1.140 cas dont 21 mortels, le gouvernement britannique s'apprête à interdire les grands rassemblements. Le tournoi de tennis de Wimbledon ou de grandes courses hippiques comme la Royal Ascot pourraient en faire les frais.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu compte demander au gouvernement d'approuver le recours aux "technologies utilisées dans la guerre contre le terrorisme" pour traquer les mouvements des Israéliens contaminés.

En Afrique, les fêtes de l'Indépendance ont été annulées au Sénégal (22 cas), parmi d'autres mesures.

Point de départ de l'épidémie, la Chine (3 189 morts) semble l'avoir désormais surmontée, faisant état hier de seulement onze nouvelles contaminations et treize décès supplémentaires en une journée. Le Danemark et la Lituanie ont fermé leurs frontières, tandis que d'autres pays (Lettonie, Estonie, Monaco) adoptent des restrictions drastiques. L'Allemagne va elle aussi fermer ses écoles, de même que les Pays-Bas et Israël. En Nouvelle-Zélande les visiteurs étrangers devront se mettre en quarantaine pendant quatorze jours à leur arrivée dans le pays.

Même le Maroc, qui ne recense que huit cas, a fermé ses frontières et pris des mesures strictes de confinement.

Dans un aéroport en Thaïlande.

Au Chili, deux paquebots de croisière, avec environ 1.300 personnes à bord, ont été mis en quarantaine. En Bolivie, les vols directs avec l'Europe sont suspendus jusqu'à fin mars et les voyageurs ont interdiction d'entrée sur le territoire pour les voyageurs venant des pays les plus touchés.

Dépistage gratuit, accès facilité à l'assurance chômage et déblocage de fonds fédéraux pour financer le programme "Medicaid", couvrant la santé des Américains aux revenus les plus modestes: le berceau du libéralisme semblait redécouvrir les vertus de l'Etat-providence, dans un pays qui n'a pas de système de couverture universelle pour la santé et où les congés maladie ne sont accessibles qu'à une minorité.

Le calendrier sportif mondial continue de se vider, les rares rencontres maintenues se déroulant pour la plupart à huis clos.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL