États-Unis, Chine, Russie… la course au vaccin est lancée — Coronavirus

Evrard Martin
Mars 19, 2020

Le premier participant à un essai clinique pour un vaccin contre le nouveau coronavirus recevra lundi une dose expérimentale, rapporte lundi l'Associated Press (AP), en citant un responsable gouvernemental américain sous couvert de l'anonymat.

Le vaccin se nomme mRNA-1273 et a été développé par des scientifiques des Instituts nationaux de santé américains (NIH) et de l'entreprise de biotechnologies Moderna, basée à Cambridge dans l'Etat du Massachusetts. "Cela s'est fait en 63 jours (à compter du 11 janvier, jour où les autorités chinoises ont partagé la séquence génétique du Covid-19), ce qui est un temps record dans l'histoire du vrai vaccin" s'est félicité le PDG de Moderna.

L'antiviral a été développé contre d'autres virus comme Ebola (sans être efficace) et n'a encore été approuvé nulle part. Ces derniers ne risquent donc pas l'infection.

Il reste important de noter que si ces premiers tests venaient à être concluants, ils laisseraient alors place à des tests d'une plus grande ampleur encore et surtout, un premier vaccin pour lutter contre le Covid-19 disponible à l'échelle mondiale ne pourra pas l'être avant au moins un an.

Le remdesivir se modifie à l'intérieur du corps humain pour ressembler à l'un des quatre éléments constitutifs de l'ADN, les nucléotides.

Lorsque les virus se répliquent, ils le font "rapidement et un peu négligemment", selon le virologue Benjamin Neuman.

Les essais cliniques de chloroquine, un anti-paludique, menés à Marseille pour soigner les malades atteints du Covid-19 sont "prometteurs" et vont être étendus, a indiqué ce mardi le gouvernement français. Le vaccin fonctionne sur ce principe, il stimule sa production dans les cellules humaines pour entrainer le système immunitaire à la repérer et à fabriquer les anticorps pour la combattre.

Ce dernier traite ainsi un symptôme et non le virus en lui-même.

Dans le journal des femmes santé, nos confrères précisent qu'en parallèle, des chercheurs de l'Institut Pasteur ont lancé les premiers tests de prototypes de vaccins sur des souris, mercredi 11 mars: "Les tests vont durer un mois, un mois et demi: on vaccine des souris, ensuite, on leur prend régulièrement du sang pour voir si elles ont fait des anticorps contre le vaccin".

Aux Etats-Unis, un premier essai clinique est déjà en cours à Seattle, selon les autorités sanitaires américaines. Il se déroule à Seattle et va inclure 45 adultes de 18 à 55 ans. "Nous avons déjà pu accumuler de l'expérience avec d'autres vaccins prophylactiques, par exemple des vaccins antirabiques, et avons obtenu de très bons résultats".

C'est le cas notamment du vaccin dit à ADN ou ARN. Par ailleurs, l'entreprise américaine Inovio Pharmaceuticals travaille elle aussi sur un vaccin, pour lequel elle débutera les essais cliniques dès le mois prochain.

Un dénouement d'autant plus important que le président de la start-up, Daniel Menichella, estime que son candidat-vaccin sera prêt d'ici quelques mois.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL